LES GRANDS CENTENAIRES FRANÇAIS

LONGÉVITÉ ET PSYCHISME

Aller en bas

LONGÉVITÉ ET PSYCHISME

Message par Admin le Dim 29 Déc 2013 - 23:19

Alice Sommer Herz  était une pianiste, professeur de musique, tchèque, survivante du camp de concentration de Theresienstadt. Elle avait 110 ans. Le visionnage d’interviews la concernant m'a donné envie d'écrire cet article sur le profil psychologique des centenaires. Des fréquences de comportement psychologique ont pu être constatées.



Elle était stupéfiante et merveilleuse, non ?


Les éléments de l'article qui suit proviennent des œuvres suivantes:
Espérance de vie : peut-on gagner 3 mois par an indéfiniment ?, Jacques Vallin, France Meslé, in "Population et sociétés", n°473, décembre 2010, Ined.
Nouveau guide du bien vieillir, Dr Olivier de Ladoucette, éd. Odile Jacob 
 
Peut-on dresser un profil psychologique optimal qui favoriserait la longévité humaine ? Voici cinq critères mis en avant.



1- Le calme imperturbable
 Le stress demeure, après les facteurs génétiques, la première cause de vieillissement du corps et du cerveau. Les hormones de stress sont produites par les glandes surrénales et régies par une partie du cerveau, mais c'est une autre région du cerveau, l'hippocampe, qui reconnaît le stress. L'hippocampe, qui est aussi l'endroit où l'on conserve nos souvenirs, nos connaissances et le fruit de nos apprentissages, est comme un muscle. Plus on le stimule, plus il reste en forme. Toutefois, lorsque les hormones de stress se mettent à déferler sans arrêt sur lui, il s'atrophie, s'use et vieillit. Cela peut mener à la démence ou à l'apparition de la maladie d'Alzheimer.


2- L’optimisme forcené
Les aînés optimistes vivent plus longtemps que les pessimistes. Ils accueillent la vieillesse comme une chance et non comme un naufrage progressif. Ils supportent mieux les maux et les handicaps reliés à leur âge, risquent moins la dépression, présentent moins de complications après un infarctus et témoignent d'une meilleure immunité.


3- La posture d’apprendre encore 
Les études ont établi que ce n'est pas tant le nombre de neurones qui compte que la quantité de connexions qui s'établit entre eux. Le cerveau est comme un muscle: plus on le garde actif et plus on le confronte à des exercices intellectuels exigeants, plus il reste en forme.


4- La flexibilité mentale
Dans la vie quotidienne, la flexibilité mentale se manifeste lorsqu'on est amené à changer de plan ou de stratégie pour trouver une solution à un problème. Cette habileté est régie, entre autres, par les circuits situés dans les lobes frontaux du cerveau. Or, bien que ces circuits soient particulièrement vulnérables au vieillissement, le bilinguisme pourrait être un facteur de protection contre leur détérioration: lorsqu'on parle deux langues, il faut contrôler ces circuits, les mettre en fonction ou les inhiber selon le contexte de communication. Très sollicités tout au long de la vie des bilingues, ils se trouveraient renforcés et, par conséquent, plus résistants au vieillissement.»


5- La communication et l’implication
Près de la moitié des plus de 65 ans sont connectés à Internet. Une étude américaine indique que les aînés qui passent du temps sur la toile voient leur risque de dépression chuter de 20 %. En effet, Internet permet aux personnes âgées de rester en contact avec des gens et des réseaux à un âge où les occasions de rencontres se font souvent de plus en plus rares.
Il faut plus généralement rester ouvert aux autres et continuer de s'occuper de ce qui se passe dans notre monde. 
avatar
Admin
Admin

Messages : 244
Date d'inscription : 12/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Adieu Alice Herz-Sommer et merci pour tout !

Message par Arno le Lun 24 Fév 2014 - 23:47

Voilà certainement le décès qui me marque le plus depuis que je me passionne pour les grands centenaires de ce monde.
Une petite vidéo où elle évoque le vieillissement et la mort prochaine.



Dernière édition par Arno le Dim 1 Avr 2018 - 1:04, édité 1 fois
avatar
Arno
Admin

Messages : 1673
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 50
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pouvoir des animaux dans les maisons de retraite

Message par Arno le Mar 31 Mar 2015 - 21:34

http://www.maxitendance.com/2015/03/creature-teachers-animaux-maisons-retraite.html





Que ce soient avec des invertébrés, des reptiles, des mammifères et des oiseaux, ces rencontres ravissent tout le monde jusqu'à la doyenne d’âge de 107 ans heureuse de caresser Lionel le raton-laveur ou de chatouiller Vincent, la tortue, sous le menton... Article intéressant à découvrir.


Dernière édition par Arno le Dim 1 Avr 2018 - 1:04, édité 1 fois
avatar
Arno
Admin

Messages : 1673
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 50
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Etes-vous vieux ou âgé ?

Message par Arno le Mar 16 Fév 2016 - 0:48

Les travaux sur le vieillissement invitent à distinguer deux grandes manières de vivre la vieillesse : 


- Refuser de considérer que l’on est vieux
- Accepter d'être vieux. 


Si l’on analyse de quelle manière les termes « vieux », « âgé » ou « personnes âgées » se trouvent utilisés dans nos entretiens, ainsi que les réponses à la question « Avez-vous le sentiment d’être âgé ? », on retrouve ces deux positionnements idéaux-typiques identifiés selon les types de récits que l'on fait de soi. On observe deux manières différentes d’établir le lien entre le présent et le passé et de se projeter dans l’avenir. 
Ceux qui affirment qu’ils ne se sentent pas vieux tiennent un discours qui établit une continuité avec le passé : ils n’ont pas le sentiment qu’il existe une rupture franche entre ce qu’ils sont et ce qu’ils ont été. Parallèlement, ils peuvent se projeter dans un avenir de « vieux » très différent de la réalité actuelle. 
Ceux qui reconnaissent qu’ils sont vieux ont le sentiment d’une rupture dans leur existence — qu’ils parviennent souvent à dater — et d’être devenus autres qu’ils étaient. Ils ne se projettent pas dans un avenir différent du présent car ils n’attendent plus aujourd’hui que la mort.

D'après Christian Lalive d’Épinay (1996), Entre Retraite et vieillesse. Travaux de sociologie compréhensive, Lausanne, Éditions Réalités Sociales.




Dernière édition par Arno le Jeu 5 Avr 2018 - 22:36, édité 3 fois
avatar
Arno
Admin

Messages : 1673
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 50
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'effet anniversaire

Message par Arno le Dim 25 Mar 2018 - 14:11

Laurent Toussaint s'est interrogé sur l'impact psychologique de la célébration des anniversaires chez nos grands centenaires. Disposant d'impressionnantes statistiques, il a pu s'appuyer sur un échantillon significatif de personnes décédées au moins à 105 ans.
L'idée est  de calculer pour chacun d'eux le nombre de jours vécus après leur dernier anniversaire, de figurer cette répartition des décès par un graphique et enfin, de déterminer si une tendance se dégage.
Voici le résultat de cette étude :



Cette courbe mériterait d'être lissée. Néanmoins, on visualise une tendance à la baisse des décès au fur et à mesure que l'on se rapproche de l'anniversaire suivant.
L'hypothèse de Laurent  fait de l'anniversaire du centenaire un objectif mental à atteindre susceptible de favoriser la survie de celui-ci. Le revers de la médaille se situe après la survenue de l'heureux événement car il induit un relâchement psychologique et physique conscient ou inconscient.
avatar
Arno
Admin

Messages : 1673
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 50
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LONGÉVITÉ ET PSYCHISME

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum