Vieillesse et société

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Listes déshumanisées

Message par Arnaud56 le Dim 23 Mar 2014 - 15:51

Raspoutine a écrit:
Il ne souhaite pas leur divulgation, (banalisation comme il dit sur Internet) car ces individus deviennent des numéros, des rangs dans un classement qui déshumanise l'individu.
Il est vrai que ce type de listes se multiplie sur le Net. Je suis d'ailleurs moi-même un pourvoyeur actif de ce genre de liste. Créateur du blog http://centenaire-breton.eklablog.fr/ et administrateur de ce forum, je tiens un grand nombre de listes à jour. Leur principale fonction est, à mon avis, de permettre l'élaboration de documents statistiques les plus fiables possibles pour alimenter les recherches scientifiques sur la longévité. Conscient de cet aspect froid et mathématique, je développe par ailleurs des témoignages, des articles sur les personnes, des hommages et des réflexions sur des problématiques sociales. La place des personnes âgées dans notre société n'est pas celle qu'elle devrait être. J'essaye donc de rendre honneur à nos aînés. 
C'est pourquoi je ne me sens pas concerné par cette remarque. En revanche, certains individus de notre communauté de chercheurs de centenaires devraient peut-être y réfléchir. Je pense par exemple à tous ceux qui prennent part à un sous-forum du 110 club intitulé "Predictions": une sorte de jeu des pronostics sur le temps restant à vivre à tel ou tel supercentenaire ! Choquant !
En tous cas, ce monsieur anonyme est sûrement quelqu'un de bien qui ne cherche pas à acquérir de la notoriété par son action et qui agit en fonction de principes solides. Il serait bien qu'il sache aussi que d'autres personnes ont les mêmes motivations. A mon sens, en conservant ses données, il ne contribue pas à changer le regard des gens sur la vieillesse perçue comme une déchéance et une progressive inutilité de la personne.
avatar
Arnaud56
Admin

Messages : 1409
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 49
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Comment les centenaires sont-ils traités sur Internet ?

Message par Admin le Dim 23 Mar 2014 - 15:05

Ce sujet est lancé par une intervention de Raspoutine que voici :
Raspoutine a écrit:Bonjour,

Je confirme sa 6° place. Il ne s'agit pas d'une erreur mais d'une différence de donnée.

Néanmoins, je ne vérifie la "preuve de vie des grands centenaires" qu'une fois par an, après leur anniversaire, donc il peut être 4°.

Les 2 hommes de différence, m'ont été donnés par une personne qui collecte les mêmes genres de données que nous , depuis les années 60, mais uniquement sur la presse écrite.
C'est un peu le Docteur Chambre français de l'ombre.

Il suit les centenaires hommes depuis leur 100 ans, et quelques un arrivent bien placés .
Il a à son actif, une des  plus grande découverte de supercentenaires français , dont j'ai pu vérifier l'exactitude avec acte de décès et naissance conformes.
Il faut que j'essaie encore une fois de le convaincre pour cette ancienne découverte , mais la partie n'est pas gagnée.

Il ne souhaite pas leur divulgation, (banalisation comme il dit sur Internet) car ces individus deviennent des numéros, des rangs dans un classement qui déshumanise l'individu.
De plus, il considère que Internet ne met pas assez en avant les "efforts" et le temps passé à la recherche des découvreurs et passionnés.
Je l'ai rencontré par hasard, lors d'une visite à Mr Aimé Avignon a Ales en 2006. Depuis, une relation d'amitié et de confiance s'est nouée.

Il me confie ses données et a confiance en mois pour que je ne les divulgue pas, sauf erreur comme Mr Bourdon dont je croyais que la découverte provenait de mes sources (il faut que je flague mieux mes données).

A propos de Mr Bourdon, j'ai oublié de vous dire qu'il résidait RESIDENCE LES NOISETIERS à Nice.

Bon dimanche,
Il me semble que certains points de vue exprimés ici méritent vos commentaires.
avatar
Admin
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 12/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Limites du maintien à domicile

Message par Arnaud56 le Mer 12 Mar 2014 - 0:22

J’ai souvent retiré du positif de mes visites auprès de centenaires mais, cette fois, j’étais à la fois consterné et révolté de la situation de la grande centenaire que j’avais rencontrée. Nous ne la nommerons pas pour évoquer plus librement cette réalité qui n’est malheureusement pas isolée.
 
Ainsi, madame X. a 106 ans et fait partie des grandes centenaires bretonnes. Je savais qu’elle habitait toujours dans sa maison et je m’attendais donc à rencontrer un personnage hors du commun. N’ayant pu la prévenir de ma visite, je décidai d’aborder un voisin direct qui travaillait dans son jardin. Je lui expliquai ce que je faisais et pourquoi  je le faisais. Je leur dis aussi que je n’osais pas aller sonner chez elle de peur de lui faire peur car après tout, je ne la connaissais pas.  Après moult discussions, il me conduisit auprès d’une autre voisine qui lui rendait fréquemment visite. Un courant de confiance et de sympathie s’installa et les langues se délièrent. Le malaise diffus que j’avais ressenti auprès de l’homme à l’évocation de l’existence quotidienne de la grande centenaire, s’exprima plus nettement. Visiblement, la famille ne faisait pas ce qu’il faut pour leur aînée. Je devais sembler un peu incrédule à l’écoute des précisions lorsque, sans détour, la voisine, pas toute jeune non plus, me proposa d’aller la voir avec elle. Il y avait dans sa proposition comme un avertissement qui sonnait comme « Je vous préviens, cela peut être pénible ! ».
Alors que le jardinier retournait à ses occupations jardinières, nous franchîmes le petit portillon du jardin de madame X. Sans la moindre méfiance, elle débusqua la clé de sa cachette et entreprit de déverrouiller la porte.
- Mais vous êtes sûre qu’elle est là ? questionnai-je.
- Ah oui, il n’y a pas de doute là-dessus.
Derrière une seconde porte, dans sa cuisine, la centenaire se tenait assise dans un fauteuil roulant assorti d’une table du type de celles que l’on trouve dans les hôpitaux. Notre entrée provoqua une enthousiaste manifestation de joie.
- Aahhh ! que je suis contente de vous voir ? Je m’ennuyais !
Je me présentai ; elle me sourit. Puis elle se retourna vers sa fidèle  voisine en lui disant qu’elle avait envie de prendre l’air. Le ciel était bleu et le soleil radieux. Elle commença vigoureusement à se dresser sur son fauteuil mais des liens la retenaient ! Elle était attachée à son fauteuil. La voisine m’expliqua que ses enfants ne souhaitaient pas  qu’elle sorte seule  afin de lui éviter une chute grave. On avait expliqué à madame X qu’elle devait attendre l’arrivée de l’ADMR pour pouvoir se déplacer. 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Elle s’était rassise mais à partir de cet instant, je sentis que l’élan s’était brisé. Elle jetait des regards vers la porte d’entrée sans arrêt  en répétant que personne ne venait. La voisine ne cessait de me parler. Alors, la centenaire lui tirait sur le bras  de temps à autre pour attirer son attention :
- Tu vois, personne ne vient !
- Mais nous sommes là, nous ! disai-je du ton le plus réconfortant possible.
- Ah oui, heureusement !
Elle me dévisageait un instant. Quand je m’adressai à elle, elle écoutait et répondait mais son regard revenait bien souvent vers cette porte d’entrée close. A deux mètres de son fauteuil, un déambulateur témoignait de sa capacité à se déplacer. Sur un rebord de fenêtre, un jeu de cartes permettaient de se dire qu’elle avait encore les capacités intellectuelles d’y jouer. Selon sa voisine, sa vue était encore bonne mais madame X indiqua qu’elle n’avait plus envie de lire le journal ni de regarder la télévision. Mais que faisait-elle à part attendre que les heures du jour s’écoulent ?
Sur la grande table de la cuisine, un cahier manuscrit contenait des remarques et des suggestions de repas. J’ai cru comprendre que la personne de l’ADMR venait quatre fois par jour. Dans les intervalles, impossible même d’aller aux toilettes. Apparemment, ses enfants venaient assez peu souvent la voir et s’étaient indignés de l’inquiétude des voisins jugée inquisitrice.
Nous dûmes prendre congé de la pauvre madame X qui, d’un ton désespéré nous supplia de rester. C’était déchirant. Je me suis promis de dénoncer de telles réalités dans notre société qui a perdu des valeurs essentielles en maltraitant ainsi ses Anciens.

En ce qui concerne le cas de Madame X, nous ne savons évidemment pas tout. Je crois qu’elle souffre de solitude au point d’en perdre progressivement la raison. Il me semble qu’une telle personne qui aime le contact humain à ce point serait heureuse en maison de retraite. Toute personne âgée n’a malheureusement pas les moyens d’intégrer une résidence. Je connais une autre centenaire qui a dû vendre sa maison pour payer la pension complète. Je crois qu’un maintien à domicile n’est profitable qu’avec un minimum d’autonomie.
avatar
Arnaud56
Admin

Messages : 1409
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 49
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Place des anciens dans la société

Message par Arnaud56 le Jeu 26 Déc 2013 - 19:43

La place des personnes âgées dans la société actuelle s’est modifiée au fil du temps et avec l’évolution des mentalités. Le statut social des ancêtres est fragilisé et les cicatrices de la vieillesse menacent de  transformer la personne âgée en un être « jetable ». Lui-même se sent dépassé, il pense qu’il a eu son époque et que maintenant il ne sert plus à rien. Autrefois la famille était étendue, plusieurs générations conviaient sous le même toit,  grands parents, enfants et petits enfants. La personne âgée n’était pas complètement écartée du travail, elle demeurait utile et active. Pendant longtemps, les familles se sont occupées de leurs anciens, sans aides de la part des services publics. Avec l’évolution des sociétés la famille a changé et ses habitudes quotidiennes ne laissent plus grande place à l’ancien  dans son sein.
La famille n’a plus de temps à leur accorder, leurs proches n’ont pas de disponibilité ni de place pour les accueillir, ni même pour leur rendre visite, pourtant les anciens vont même jusqu’à les déculpabiliser, en justifiant que ce n’est pas par manque d’envie ou d’affection mais à cause de  leur activité professionnelle très prenante...
avatar
Arnaud56
Admin

Messages : 1409
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 49
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vieillesse et société

Message par Admin le Mar 27 Aoû 2013 - 22:22

Les Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées  Dépendantes (EHPAD) semblent les seules dans la société française à proposer une solution à la dépendance de longue durée des personnes âgées. Les structures de ce type fleurissent d'ailleurs un peu partout.
Entre 2005 et 2025, le nombre de personnes âgées dépendantes aura augmenté de 26%.
En 2025, les plus de 65 ans représenteront 25% de la population française.
En 2025, au moins 500 000 places en EHPAD devront être disponibles… Le besoin aura ainsi augmenté de 50% !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Alors, sommes-nous prêts à contenir dignement cette explosion démographique de la vieillesse ? Les décideurs politiques doivent-ils construire massivement et dans l'urgence ce genre de structures ? Existe-t-il d'autres solutions ? Est-il facile pour le moment de trouver des EHPAD pour vos aînés ? Y sont-ils heureux ? Vaste discussion...
avatar
Admin
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 12/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum