Investigations sur de possibles grands centenaires français décédés (anciens et modernes)

Page 4 sur 25 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 14 ... 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le fameux lieu-dit

Message par Barti le Ven 16 Juin 2017 - 21:08

Champagne !................ ça se fête !Ajout de l'administrateur ! Pardon... Je n'ai pas pu m'en empêcher !
En parlant de champagne, je mets une bouteille au frais au cas où tu arrives un jour à nous débusquer un vrai cas de centenaire ardéchois. Il sera temps de la sortir !
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Baptiste VAROT (1809-1900) de Meyras (Ardèche)

Message par Cyril le Ven 16 Juin 2017 - 20:12

D'après son acte de décès, Baptiste Varot, 102 ans, veuf de Marianne Pascal, né à Cros-de-Géorand, est décédé le 20/04/1900 à Champagne, dans la commune de Meyras. Le premier déclarant était son gendre Jean Rey (65 ans), du même lieu.

Dans le recensement de 1891 à Meyras, au lieu-dit Champagne, on retrouve Jean Rey (58 ans), qui vit avec sa femme Julie Varot (58 ans) chez le père de cette dernière : Jean Varot (72 ans). Ici, il y a quelques incohérences, puisque le père aurait eu 14 ans à la naissance de sa fille et qu'il s'appelle Jean au lieu de Baptiste, mais c'est bien notre homme.

En effet, on retrouve l'acte de mariage de sa fille et de son gendre à Cros-de-Géorand, la commune d'origine de la mariée, le 12/10/1880. Jean Antoine Rey (né en 1834) a ainsi épousé Henriette Varraud (née le 29/11/1837 à Cros-de-Géorand), fille de vivant Jean Baptiste Varraud (domicilié aux Combes à Cros-de-Géorand) et de feue Marianne Pascal (décédée le 05/11/1851 à Cros-de-Géorand). Le prénom de l'épouse ne correspond pas, mais quand bien même il s'agirait d'une sœur, ses parents sont bien notre futur présumé centenaire et sa veuve. Et les prénoms Jean et Baptiste se réconcilient en formant "Jean Baptiste" !

L'acte de décès de Marie-Anne Pascal confirme la date du 05/11/1851 et indique qu'elle était âgée de 35 ans. Son époux Baptiste Varraud, domicilié aux Combes, n'aurait que 40 ans et serait donc né vers 1811.

Dans l'acte de naissance d'Henriette Varraud le 29/11/1837, qui est née aux Combes de Jean-Baptiste Varraud et Marie-Anne Pascal, le père n'a que 30 ans et serait donc né vers 1807.

Enfin, dans l'acte de mariage de Baptiste Varraud (né au Moulin de Pairon à Cros-de-Géorand, fils de Claude Varraud et Jeanne Marie Arcis) et Marie-Anne Pascal (28 ans, fille de Jean Louis Pascal et Madelaine Raynaud comme dans son acte de décès), daté du 14/05/1837 à Cros-de-Géorand, le marié n'a que 25 ans et serait donc né vers 1812.

S'il est bien né autour de 1807-1812, Jean Baptiste Varraud s'est rajeuni dans le recensement de 1891 (à moins qu'il ne s'agisse d'une coquille) et a été radicalement vieilli à son décès... C'est bien ce qui a dû se passer car, entre 1802 et 1822, un seul acte de naissance à Cros-de-Géorand peut lui correspondre : Jean Baptiste Augustin Varraud, fils de Jean-Claude Varraud (33 ans) et Marie Jeanne Arcis, né au Moulin de Peyron le 23/07/1809.

Par conséquent, Jean Baptiste Augustin Varraud est décédé à l'âge de 90 ans et 271 jours seulement.


Dernière édition par Cyril le Jeu 22 Juin 2017 - 14:15, édité 1 fois
avatar
Cyril
Admin

Messages : 205
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 34
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jean Jacques ROUSTAN (1794-1891) de Devesset (Ardèche)

Message par Cyril le Jeu 15 Juin 2017 - 21:30

Je me suis penché sur le suicide d'un présumé centenaire ardéchois. Voici ce qu'en disait le Journal d'Annonay :


D'après son acte de décès, Jean Jacques Roustan, 102 ans, né à Devesset, fils de feus Jean Jacques Roustan et Jeanne Marie Roche (cette dernière ayant vécu à Saint-Agrève), veuf d'Elisabeth Valla, est décédé le 10/06/1891 à Désaignes. Le premier déclarant est son fils Louis Roustan (70 ans) de Désaignes, manifestement celui qui est cité dans l'article du Journal d'Annonay.

A Désaignes, on retrouve notre présumé centenaire dans deux recensements seulement :
- En 1891, Jean Jacques Roustan, 104 ans (une mention "décédé" a été apposée en marge car il est mort seulement 2 semaines après la date de signature du recensement par le maire), vivait avec sa fille Marie Louise (56 ans) et son gendre Daniel Banc (47 ans)
- En 1886, Jean Jacques Roustan, 94 ans, né à Devesset, vivait avec ses filles Mariette (62 ans, née à Vernoux-en-Vivarais) et Victoire (54 ans, née à Saint-Agrève)

L'acte de mariage de Joseph Daniel Banc (né en 1843) et Marie Louise Roustan (née le 21/11/1834 à Saint-Agrève), daté du 20/08/1887 à Désaignes, nous apprend que l'acte de décès d'Elisabeth Valla a été enregistré le 26/04/1884 à Désaignes. L'acte en question, effectivement daté du 26/04/1884, indique qu'elle était née à Silhac (de Jean André Valla et Marie Riou) et qu'elle est décédée l'avant-veille à l'âge de 83 ans. Dans ces deux actes, notre futur présumé centenaire est prénommé Jean au lieu de Jean Jacques, comme c'est le cas dans tous les documents où il est cité entre 1820 et 1861, à une exception près (il est inexplicablement prénommé Jean Antoine en 1829). Dans l'acte de décès d'Elizabeth Valla est cité son gendre Jean Pierre Chapus : il s'agit du premier époux de Marie Louise Roustan, puisqu'ils se sont mariés le 17/11/1861 à Saint-Agrève.

Les informations glanées jusqu'ici permettent de retrouver facilement les enfants du couple Roustan-Valla :
1) Jean Louis, fils de Jean Roustand (25 ans, boulanger) et d'Elizabeth Valla, né le 02/01/1821 à Vernoux-en-Vivarais [c'est lui qui a déclaré le décès de son père]
2) Marie, fille de Jean Roustan (29 ans, boulanger) et d'Elisabeth Vala, née le 22/05/1824 à Vernoux-en-Vivarais [c'est Mariette dans le recensement de 1886]
3) Suzanne, fille de Jean Roustaingt (30 ans, boulanger) et d'Elizabeth Valla, née le 03/02/1826 à Saint-Agrève
4) Henriette Victoire, fille de Jean Roustand (33 ans, boulanger) et d'Elisabeth Valla (26 ans), née le 16/05/1828 à Saint-Agrève [c'est Victoire dans le recensement de 1886]
5) Jean Pierre, fils de Jean Antoine Roustand (35 ans, boulanger) et d'Elisabeth Vala (27 ans), né le 02/10/1829 à Saint-Agrève
6) Marie Louise, fille de Jean Roustan (41 ans, garde champêtre) et d'Elisabeth Valla (34 ans), née le 21/11/1834 à Saint-Agrève [c'est la future Mme Chapus puis Mme Banc]
7) Magdelaine, fille de Jean Roustand (42 ans, garde champêtre) et d'Elizabeth Valla (32 ans), née le 08/12/1836 à Saint-Agrève

Tout naturellement, on retrouve leur acte de mariage dans la commune de l'épouse, c'est-à-dire à Silhac, où se sont mariés Jean Roustein (25 ans, né à Devesset, fils de feu Jean Roustein et de vivante Jeane Marie Roche) et Elizabeth Vala (19 ans, née à Silhac, fille de vivant Jean André Vala et de feue Marie Riou) le 17/03/1820.

L'acte de décès de Jeanne Marie Roche nous apprend qu'elle a quitté ce monde à l'âge de 72 ans, le 27/08/1840 à St-Agrève, alors qu'elle était veuve en secondes noces d'Antoine Paya. C'est son fils Jean Roustan (45 ans, garde champêtre) qui a déclaré le décès. J'ai mis la main sur ses deux actes de mariage :
- Le 04/03/1794 (14 ventôse II), elle a épousé Jaques Roustaing (comme son fils, il était parfois prénommé Jean et parfois Jacques) à Saint-Agrève
- Le 10/03/1801 (19 ventôse IX), elle a épousé Antoine Paya dit Paulet à Saint-Agrève

Le graphique suivant montre que l'âge de Jean Jacques Roustan a été exagéré à la fin de sa vie et qu'il est probablement né aux alentours de fin 1794 ou début 1795 :


En effet, peu de temps après le mariage de ses parents, on retrouve son acte de naissance : Jean Jaques Roustaing, fils de Jaques Roustaing et de Jeanne Marie Roche, est né le 05/12/1794 (15 frimaire III) à Saint-Agrève, ou Mont-Chiniac comme le voulait le nom révolutionnaire de l'époque. Je ne lui ai trouvé ni frère ni sœur, ni à Saint-Agrève ni à Devesset, et j'ignore pourquoi ses actes de mariage et de décès prétendent qu'il était né dans cette commune limitrophe de Saint-Agrève...

Ma conclusion est que Jean Jacques Roustan s'est donné la mort à l'âge de 96 ans et 187 jours.


Dernière édition par Cyril le Jeu 22 Juin 2017 - 14:17, édité 1 fois
avatar
Cyril
Admin

Messages : 205
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 34
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Margueritte Colombe PEZIER (1776-1878), de Tannerre (Yonne)

Message par Barti le Jeu 15 Juin 2017 - 11:01

Puisque l'Ardèche ne semble pas être très coopérative (sauf pour la base des faux centenaires qu'elle nourrit abondamment), allons faire un tour en Bourgogne !

L'acte de décès de Colombe Margueritte Pezier précise qu'elle est décédée le 4 septembre 1878 dans la commune de Tannerre (à ne pas confondre avec Tonnerre), y étant née le 29 juillet 1776. La défunte est dite fille de Loup Pezier et Colombe Loiseau, et veuve de Pierre Paul Fleaux (qui n'a visiblement pas été un fléau pour la longévité de son épouse).
Les déclarants en mairie sont son fils et son petit-fils.

Pierre Paul Fleaux est décédé à Tannerre le 15 décembre 1833, alors époux de "Marie Marguerite Colombe Pezier".

Les époux se sont mariés à Tannerre le 5 juin 1811. L'épouse, Marguerite Colombe Pezier, est dite née en la même commune le 29 juillet 1776, "fille posthume de défunt Loup Pezier et de défunte Colombe Loiseau". Elle est également dite "veuve de Pierre Marien Greslin", ce qui explique son mariage tardif.

Si je ne trouve pas avec certitude l'acte de décès de M. Greslin, j'arrive à retrouver celui de leur mariage célébré à Tannerre le 24 novembre 1794. Marguerite Colombe Pezier est dite âgée de dix-huit ans, fille de défunt Loup Pezier et de Colombe Loiseau. Plus bas dans l'acte sont indiquées ses date et commune de naissance : 29 juillet 1776 à Tannerre. Tout semble correspondre.

Tel qu'indiqué dans le second acte de mariage, on constate dans son acte de baptême à Tannerre que Margueritte Colombe Pezier est née le 29 juillet 1776 en tant que fille de défunt Loup Pezier (d'où le terme posthume) et de sa mère Colombe Loiseau bien vivante (fort heureusement).

Elle est donc morte à l'âge de 102 ans et 37 jours.

Documents :

Baptême
1er mariage
2ème mariage
Décès du 2ème époux
Décès
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jean Pierre BOUCHET (1803-1900) de Pranles (Ardèche)

Message par Cyril le Jeu 15 Juin 2017 - 1:23

Voici encore un faux centenaire ardéchois... Et pourtant, je vous assure, j'essaie d'en trouver des vrais study

D'après son acte de décès, Jean Pierre Bouchet, 103 ans, né à Pranles, fils de feus Jean Bouchet et Jeanne Méot, veuf de Jeanne Méot, est décédé le 20/01/1900 au Vabre, dans la commune de Pranles. Le premier déclarant était son petit-fils Adolphe Rourin (40 ans) du même lieu.

Dans les recensements disponibles à Pranles, on retrouve Jean Pierre Bouchet au(x) Vabre(s) :

1) En 1891, J. Pierre Bouchet, 82 ans, veuf, vivait avec sa fille Victorine (49 ans, veuve) et ses enfants à elle (patronyme Coulet)

Deux maisons plus loin, on retrouve Adolphe Rourin (28 ans), époux de Hirma Coulet (22 ans). Leur acte de mariage, daté du 28/03/1890 à Pranles, montre que le marié Adolphe Zéphirin Rourin n'était en réalité que le petit-fils par alliance de Jean Pierre Bouchet, puisque la mariée Hirma Rosa Coulet était la fille de Victorine Bouchet et de feu Jacques Coulet (décédé en 1872).

2) En 1886, J. Pierre Bouchet, 85 ans, veuf, vivait également avec sa fille Victorine (46 ans, veuve) et ses enfants (dont Hirma Coulet)

3) En 1881, J. Pierre Bouchet, 80 ans, veuf, vivait avec les mêmes personnes

4) En 1876, J. Pierre Bouchet, 75 ans, veuf, vivait avec les mêmes personnes, plus sa fille Euphrosine (40 ans, célibataire, "idiote") et son frère Régis (68 ans, célibataire)

5) En 1872, Jean Pierre Bouchet, 70 ans, veuf, vivait avec les mêmes personnes, excepté son frère Régis qui avait sa propre maison

6) En 1866, Jean Pierre Bouchet, 63 ans, veuf, vivait avec les mêmes personnes, plus son gendre Jacques Coulet (31 ans)

L'acte de mariage de Jacques Coulet (25 ans) et Victorine Bouchet (née le 14/05/1840 à Pranles), daté du 15/02/1861 à Pranles, indique que Jean Pierre Bouchet était veuf de Marguerite Méo, laquelle est décédée le 08/02/1844 à Pranles. Son acte de décès confirme qu'elle se prénommait bien Marguerite, et non Jeanne comme indiqué dans l'acte de décès de Jean Pierre Bouchet en 1900. Marguerite Méo, dont les parents vivaient à Saint-Vincent-de-Durfort, épouse de Jean Pierre Bouchet, est décédée à l'âge de 36 ans.

7) En 1861, Jean Pierre Bouchet, 58 ans, veuf, vivait notamment avec ses 3 filles Euphrosine (22 ans), Victorine (21 ans) et Marie (20 ans)

8] En 1841, notre présumé futur centenaire est enregistré sous le nom de "Pierre aîné Bouchet", époux de Marguerite Mêot, vivant avec ses parents Jean Pierre Bouchet et Janne Mêot, ainsi que Regis Bouchet (célibataire, manifestement son frère), plus Fresine et Victoire Bouchet (célibataires, manifestement ses filles Euphrosine et Victorine)

Leurs actes de décès indiquent que les parents de Jean Pierre Bouchet sont décédés à Pranles : son père Jean Pierre Bouchet (68 ans, époux de Jeanne Méot) le 02/06/1845, et sa mère Jeanne Méot (86 ans, veuve de Jean Pierre Bouchet) le 18/11/1856.

J'ai retrouvé les actes de naissance des 3 filles connues de Jean Pierre Bouchet et Marguerite Méot :
1) Il avait 33 ans le 10/01/1838 à la naissance de Frézine au Vabre (Pranles)
2) Il avait 34 ans le 14/05/1840 à la naissance de Victorrine au Vabre d'Auzène (Pranles)
3) Il avait 36 ans le 16/11/1841 à la naissance de Marie Eliza au Vabre (Pranles)

Le 30/04/1837, c'est dans la commune de l'épouse, à savoir Saint-Vincent-de-Durfort, qu'a eu lieu le mariage de Jean Pierre Bouchet (34 ans), fils de Jean Pierre Bouchet et Jeanne Meot, et de Margeritte Meot (29 ans).

C'est le moment de regarder notre traditionnel graphique :


Les deux documents les plus récents donnent des âges incohérents :
- Jean Pierre Bouchet a manifestement été vieilli de plusieurs années sur son acte de décès
- Le recensement de 1891 comporte vraisemblablement une coquille (82 ans au lieu de 92 ans)

Mais les autres documents concordent à peu près et suggèrent une naissance vers 1802-1803. Or, sur la période allant de l'an VIII à 1806 inclus, à Pranles, un seul acte de naissance peut correspondre à notre pseudo-centenaire : Jean Pierre Bouchet, fils de Jean Bouchet et Jeanne Meot, du lieu de Vabre, né le 05/03/1803 (14 ventôse XI).

Il n'avait donc que 96 ans et 321 jours à son décès.


Dernière édition par Cyril le Jeu 22 Juin 2017 - 14:19, édité 1 fois
avatar
Cyril
Admin

Messages : 205
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 34
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Octo-bre

Message par Barti le Mer 14 Juin 2017 - 20:40

TheMan a écrit:
Bonjour,

Son âge réel ne serait pas plutôt 102 et 90 jours ?

102 151 correspond a une naissance en Aout (8° ieme mois)
Merci

Oups...
J'ai dû cliquer sur le mauvais mois lors du calcul (ce doit être à force de lire des registres paroissiaux où les mois sont abrégés avec leur racine numérique).

Donc oui, 102 ans et 90 jours.

Merci à toi !
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Joseph JOURDY (1781-1875) de Vanosc (Ardèche)

Message par Cyril le Mer 14 Juin 2017 - 19:45

Voici encore un faux centenaire ardéchois pour ma belle collection...

D'après son acte de naissance, Joseph Jourdy, 104 ans, veuf, né à Vanosc, fils de feu Joseph Jourdy, est décédé le 10/06/1875 à Chirollet, dans la commune de Vanosc. Le premier déclarant était son gendre Jean Baptiste Granger (57 ans) du même lieu.

Les recensements de la commune de Vanosc permettent de remonter la vie de Joseph Jourdy (qui vivait manifestement au Chirollet depuis longtemps) jusqu'en 1836 :

1) En 1872, Joseph Jurdye, 100 ans, veuf, né à Vanosc, "dans l'enfance" (il était visiblement sénile), vivait avec sa fille Marie (50 ans, née à Vanosc) et son gendre Jean Baptiste Granger (50 ans, né à Vanosc)

2) En 1866, Joseph Jurdie, 96 ans, veuf, vivait avec sa fille Marie et son gendre Baptiste Granger (44 ans)

L'acte de mariage de Jean Baptiste Granger (42 ans, né à Vanosc) et Marie Jourdy (40 ans, née à Vanosc), daté du 05/02/1860 à Vanosc, confirme que Joseph Jourdy était vivant et déjà veuf d'une certaine Benoite Jamon.

3) En 1851, Joseph Jurdi(e) dit Gille, 74 ans, veuf, vivait avec sa fille Marie (28 ans)

4) En 1846, Joseph Jurdie, veuf, 60 ans, vivait avec son fils Louis (39 ans) et sa belle-fille Victoire Desgrand (35 ans)

L'acte de mariage de Louis Jurdie (28 ans, né au Monestier) et Victoire Desgrand (25 ans), daté du 21/06/1839 à Vanosc, confirme que Joseph Jurdie était déjà veuf de Benoite Jamot.

5) En 1836, Joseph Jurdie, 54 ans, vivait avec sa femme Benoitte Jamot (50 ans) et leurs enfants Louis (25 ans), Marie Anne (24 ans), Françoise (22 ans), Marie (18 ans) et Joseph (12 ans)

L'acte de décès de Benoite Jamot nous apprend qu'elle est décédée le 10/11/1836 à Chirollet (Vanosc) à l'âge de 50 ans. Son mari Joseph Jurdie et leur fils Louis sont cités.

Je me suis ensuite intéressé aux actes de naissance des 5 enfants connus du couple (je n'en ai pas cherché d'autres car il y avait énormément de Jurdie à Vanosc à l'époque) :
- Joseph Jurdie, fils de Joseph Jurdie (42 ans) et de Benoite Jamot, est né le 20/07/1823 aux Fayettes (Vanosc)
- Marie Jurdie, fille de Joseph Jurdie (38 ans) et de Benoite Jamot, est née le 26/12/1817 au Grand Champ (Vanosc)
- Françoise Jurdie, fille de Joseph Jurdie (32 ans) et de Benoite Jamot, est née le 05/12/1814 au Grand Champ (Vanosc)
- Marie Anne Benoîte Jurdie, fille de Joseph Jurdie (32 ans) et de Benoite Jamot, est née le 14/11/1812 au Grand Champ (Vanosc)
- Louis Jurdie, fils de Joseph Jurdie (30 ans) et de Benoitte Jamot, est né le 05/01/1811 au Grand Champ (Le Monestier)

Le mariage de Joseph Jurdie (27 ans), né à Vanosc, domicilié au Grand Champ, fils de feu Joseph Jurdie et de vivante Marie Anne Landy, avec Benoite Jamot (25 ans), a eu lieu le 08/11/1809 à Vanosc.

A partir de tous les actes récoltés, on peut établir le graphique suivant :


On constate alors que, si l'on exclut les actes les plus récents, où l'âge de Joseph Jurdie a manifestement été exagéré, ce dernier serait né vers 1781.

Or, sur les 5 Joseph Jurdie nés à Vanosc entre 1760 et 1789, un seul a les bons parents : il s'agit de Joseph Jurdie, fils de Joseph Jurdie et de Marie-Anne Landi, né le 22/04/1781 à Grand Champ (Vanosc).

Joseph Jurdie est donc décédé à l'âge de 94 ans et 49 jours.


Dernière édition par Cyril le Jeu 22 Juin 2017 - 14:46, édité 1 fois
avatar
Cyril
Admin

Messages : 205
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 34
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

8 - Octo ?

Message par TheMan le Mer 14 Juin 2017 - 19:00

Barti a écrit:Voici un monsieur que j'ai pu valider grâce à des documents que je n'ai pas l'habitude d'utiliser. Et pour cause : il est assez rare que l'on en trouve pour des centenaires de cette époque.

Cet homme est un ancien colonel de l'armée qui a été promu à la légion d'honneur en 1815 (officier) et en 1864 (commandeur). Aucune mention contemporaine n'en est bizarrement faite. N'ayant pu trouver son acte de mariage qui a peut-être été célébré à Saint-Jean-Pied-de-Port où il avait intégré les Chasseurs Cantabres en début de carrière (et où ses enfants ont vu le jour de son union avec Marie Navarre), je me suis servi de son brevet de 1815 et de la copie du baptême associée, confirmant sa date de naissance et sa filiation, pour authentifier son âge.

L'acte de décès précise qu'André Maréchal, colonel retraité, veuf de Marie Navarre, âgé de cent deux ans, né à Lyon et "fils de feu François Maréchal et à ce que l'on croit, de défunte Marie Navarre", est mort à Chalon-sur-Saône le 25 janvier 1867.

La base Leonore me permet de retrouver des documents importants : tout d'abord, son brevet de commandeur de la légion d'honneur reçu le 11 septembre 1864, dans lequel est indiqué qu'il est né à Lyon le 27 octobre 1764 et, en mention, qu'il est décédé le 25 janvier 1867.

Ensuite, le brevet d'officier de la légion d'honneur, décerné le 19 mars 1815, dans lequel il est également indiqué qu'il est né le 27 octobre 1764 à Lyon. Il s'agit d'un parfait document de mi-vie, d'autant plus qu'il a également été joint une copie de son baptême décerné par la mairie de Lyon, dans laquelle on apprend qu'il est fils de François Maréchal et de Marie Maurice Manche (et non Marie Navarre), et qu'il a été baptisé en la paroisse Saint-Pierre de Lyon.

Sur les registres originaux de la paroisse de Saint-Pierre-Saint-Saturnin, on retrouve bien l'acte de baptême copié 51 ans plus tard : André Maréchal, fils de François Maréchal et de Marie Maurice Manche, est né le 27 octobre 1764 et a été baptisé le lendemain.

Inutile de creuser plus loin : il semble évident qu'André Maréchal, colonel en retraite, est bien mort en 1867 à l'âge de 102 ans et 151 jours.

Principaux documents :

Baptême
Brevet de 1815
Copie du baptême datée du 11 février 1816
Brevet de 1864
Décès

Documents de la base Leonore

Bonjour,

Son âge réel ne serait pas plutôt 102 et 90 jours ?

102 151 correspond a une naissance en Aout (8° ieme mois)
Merci

TheMan

Messages : 148
Date d'inscription : 10/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

André MARÉCHAL (1764-1867), de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire)

Message par Barti le Mer 14 Juin 2017 - 13:56

Voici un monsieur que j'ai pu valider grâce à des documents que je n'ai pas l'habitude d'utiliser. Et pour cause : il est assez rare que l'on en trouve pour des centenaires de cette époque.

Cet homme est un ancien colonel de l'armée qui a été promu à la légion d'honneur en 1815 (officier) et en 1864 (commandeur). Aucune mention contemporaine n'en est bizarrement faite. N'ayant pu trouver son acte de mariage qui a peut-être été célébré à Saint-Jean-Pied-de-Port où il avait intégré les Chasseurs Cantabres en début de carrière (et où ses enfants ont vu le jour de son union avec Marie Navarre), je me suis servi de son brevet de 1815 et de la copie du baptême associée, confirmant sa date de naissance et sa filiation, pour authentifier son âge.

L'acte de décès précise qu'André Maréchal, colonel retraité, veuf de Marie Navarre, âgé de cent deux ans, né à Lyon et "fils de feu François Maréchal et à ce que l'on croit, de défunte Marie Navarre", est mort à Chalon-sur-Saône le 25 janvier 1867.

La base Leonore me permet de retrouver des documents importants : tout d'abord, son brevet de commandeur de la légion d'honneur reçu le 11 septembre 1864, dans lequel est indiqué qu'il est né à Lyon le 27 octobre 1764 et, en mention, qu'il est décédé le 25 janvier 1867.

Ensuite, le brevet d'officier de la légion d'honneur, décerné le 19 mars 1815, dans lequel il est également indiqué qu'il est né le 27 octobre 1764 à Lyon. Il s'agit d'un parfait document de mi-vie, d'autant plus qu'il a également été joint une copie de son baptême décerné par la mairie de Lyon, dans laquelle on apprend qu'il est fils de François Maréchal et de Marie Maurice Manche (et non Marie Navarre), et qu'il a été baptisé en la paroisse Saint-Pierre de Lyon.

Sur les registres originaux de la paroisse de Saint-Pierre-Saint-Saturnin, on retrouve bien l'acte de baptême copié 51 ans plus tard : André Maréchal, fils de François Maréchal et de Marie Maurice Manche, est né le 27 octobre 1764 et a été baptisé le lendemain.

Inutile de creuser plus loin : il semble évident qu'André Maréchal, colonel en retraite, est bien mort en 1867 à l'âge de 102 ans et 151 jours.

Principaux documents :

Baptême
Brevet de 1815
Copie du baptême datée du 11 février 1816
Brevet de 1864
Décès

Documents de la base Leonore
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jérôme Nicolo

Message par Barti le Mar 13 Juin 2017 - 21:40

TheMan a écrit:Bonsoir,

Toujours dans les caisses, Jérôme Nicolo, sabotier (et non jardinier) , dcd le 09/11/1905 à l'age de 106 ans à Toulouse
Né au Passage d'agen (Lot et G)
Veuf

Cas un peu suspect, comme dirait Coluche

Acte D, sur demande

Raspou,

Ce cas est déjà présent dans la base 4.

Suspect, c'est le mot. Il y a l'acte de naissance d'un Géraud Nicolau dans les registres du Passage à la date du 24 février 1815.
Je n'ai pas retrouvé d'autre acte pouvant correspondre.
Il se serait marié à Auch à 28 ans (cf La Croix de Roubaix du 6 février 1904) : à vérifier quand les archivistes du Gers daigneront rattraper leur retard de numérisation.
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Paul Nicolo - 106 ans en 1905

Message par TheMan le Mar 13 Juin 2017 - 19:49

Bonsoir,

Toujours dans les caisses, Jérôme Nicolo, sabotier (et non jardinier) , dcd le 09/11/1905 à l'age de 106 ans à Toulouse
Né au Passage d'agen (Lot et G)
Veuf

Cas un peu suspect, comme dirait Coluche

Acte D, sur demande

Raspou,

TheMan

Messages : 148
Date d'inscription : 10/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Joseph Poullalier 102 ans en 1892

Message par TheMan le Lun 12 Juin 2017 - 22:50

Bonjour,


Je profite d'un peu de répits de 2 semaines pour farfouiller dans les caisses de Claude Grégoire

J'ai trouvé cet acte son décès : né le 26/04/1790 et dcd le 05/05/1892 à Poissy (Yveline)

Pas de trace de sa naissance à Poissy sur les archives en Ligne, mais le coquin s'est marié 3 fois

Bien à vous

Raspou

TheMan

Messages : 148
Date d'inscription : 10/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jacques COLIN (1753-1856), de Thauvenay (Cher)

Message par Barti le Mar 6 Juin 2017 - 12:32

Voici le fameux "Père Colin" que souhaitait rencontrer Madeleine Haye, une autre centenaire des années 1850 fraîchement vérifiée. Je n'ai encore trouvé aucun article permettant de savoir si cette rencontre a finalement eu lieu.

Journal du Loiret - 28 août 1855

J'ai la joie d'annoncer que M. Colin était lui aussi un vrai centenaire. Son authentification fut complexe, mais de nombreux indices sont heureusement disséminés un peu partout et nous permettent de retracer la vie de cet homme.

L'acte de décès précise que Jacques Colin, veuf de Solange Chevalier, âgé de cent deux ans, né à Jalognes, fils des défunts Pierre Colin et Marie Pettiteau, est décédé à Thauvenay le 22 mai 1856.
Le décès a été déclaré par son fils Paul Colin, âgé de 52 ans.

Les recensements de Thauvenay nous permettent d'apporter une certaine cohérence dans l'âge déclaré durant ses deux dernières décennies de vie.

104 ans en 1856
99 ans en 1851
94 ans en 1846
82 ans en 1836

Dans les 4 cas, Jacques Colin vivait avec sa fille Françoise Colin (veuve Chabin), dont l'âge fluctue horriblement : 40 puis 50 puis 63 puis 71.

L'épouse de Jacques, Solange Chevalier, est morte à Thauvenay le 21 novembre 1827 à l'âge de 55 ans, "épouze de Jacques Colin". Elle semblait être visiblement sa cadette d'une vingtaine d'années.

Je retrouve les actes de naissance de certains de leurs enfants : Martin (né le 13 septembre 1801), Paul (comparant au décès né le 17 février 1803) et Marie (née le 3 janvier 1806), tous natifs de Thauvenay.
L'âge des parents n'est indiqué que sur l'acte de naissance de Marie : Jacques a 52 ans tandis que son épouse Solange Chevalier a 38 ans. Cela confirme une nouvelle fois la date de naissance approximative de Jacques "1754" et l'écart d'âge entre lui et son épouse.

Malheureusement, impossible de mettre la main sur l'acte de mariage... je l'ai recherché dans quelques communes alentours, y compris à Jalognes et à Vinon (commune de naissance de Solange Chevalier). Il y a certaines lacunes dans les actes (deux des années républicaines sont absentes de tous les registres de mariage pour des raisons que je peine à expliquer).

Mais la naissance de Françoise Colin, sa fille avec qui il vivait à son décès, semble être survenue bien avant celle de ses frères et soeur (entre 1785 et 1796 selon les recensements). Elle était d'ailleurs témoin à la naissance de Martin en 1801, en tant que "soeur de l'enfant".

Je décide donc de chercher son acte de décès, que je trouve au 21 juillet 1870. Françoise Colin, veuve de Louis Chabin, était âgée de quatre-vingt deux ans et native de Thauvenay. Mais un détail attire tout particulièrement mon attention : elle était certes fille de Jacques Colin mais sa mère se nommait Jeanne Vétois, qui demeurait à Thauvenay de son vivant !
Il semble donc que Jacques Colin ait été veuf d'un premier mariage avec cette Jeanne Vétois.

Je trouve donc, au 15 mai 1794, le décès d'une certaine Jeanne Vétois à Thauvenay, âgée de 31 ans. Son statut marital n'est pas indiqué. Seul le nom de son père, qui a déclaré son décès, est présent : il s'agit de Pierre Vétois.

Un autre acte très important va nous apporter la réponse : Le 13 février 1787 à Thauvenay, Jacques Colin a épousé Jeanne Vétois, fille de Pierre Vétois et de Jeanne Boucher. Ce mariage débouche sur la naissance de Françoise, fille des mêmes époux, née à Thauvenay le 2 novembre 1787. Voilà qui met les choses au clair sur le premier mariage et la filiation.

Que nous apprend donc l'acte de mariage ? Celui-ci est riche d'informations : Jacques Collin est dit majeur, fils des défunts Pierre Collin et Marie Petitbon (cela correspond à très peu près aux noms des parents déclarés sur l'acte de décès). Plus bas dans l'acte, il est fait mention de l'expédition de son "extrait baptistaire", "par lequel il paroit qu'il a trente ans passés". Cet extrait a été délivré par "Mr le Pr curé de Jalognes".
Donc, nous savons que Jacques Colin est bien né à Jalognes au plus tard en 1757. "Trente ans passés" peut signifier qu'il a trente ans et quelques mois mais également qu'il a dépassé la trentaine de quelques années. Il m'a donc fallu dépouiller les actes de baptême de Jalognes pour retrouver la date exacte.

Finalement, un seul acte peut correspondre : Jasque, fils de Pierre Colin et Marie Petitbon, est né et a été baptisé à Jalognes le 23 juillet 1753.

Il est donc décédé à l'âge très honorable pour l'époque de 102 ans et 304 jours !

Documents :

Baptême
Mariage avec Jeanne Vétois
Baptême de sa fille Françoise
Décès de l'épouse Jeanne Vétois
Naissance de sa fille Marie
Décès de l'épouse Solange Chevalier
Recensement de Thauvenay (1836)
Recensement de Thauvenay (1846)
Recensement de Thauvenay (1851)
Recensement de Thauvenay (1856)
Décès de sa fille Françoise
Décès
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pélagie ROBILLARD (1790-1893), d'Alizay (Eure)

Message par Barti le Dim 4 Juin 2017 - 22:02

Merci à Dany Chambre pour la découverte de ce cas

Selon l'acte de décès, Pélagie Robillard est morte à Alizay le 9 janvier 1893. La défunte était fille de Michel Robilliard et de Marie Angélique Boivin et veuve de Michel Martin Rentin. Le décès a été déclaré par son petit-fils.

Mais l'acte ne s'arrête pas là en terme d'informations : celui-ci précise que Pélagie est née à Épreville-en-Lieuvin (Eure) le 26 avril 1790, que le mariage a eu lieu le 27 février 1807 à Notre-Dame-de-Préaux et que l'époux y est décédé le 8 août 1848. En gros, j'ai ici tout ce qu'il me faut pour clore le dossier à toute vitesse et rassembler pépère les documents requis.

CE SERAIT TELLEMENT MIEUX QUE TOUS LES ACTES SOIENT RÉDIGÉS DE CETTE FAÇON, N'EST-CE PAS MESSIEURS LES CURÉS ET OFFICIERS D'ÉTAT CIVIL ????

Oui je sais, mon appel dans le passé a peu de chances d'être entendu, mais je tente, si par hasard il existait un Doc Brown à cette époque...

Bon, closons vite et bien le dossier (ça se dit ?) : Michel Martin Rentin est comme prévu décédé aux Préaux le 9 août 1848. Il n'y a aucune indication sur son statut marital. Il va donc falloir l'acte de mariage pour prouver que ces deux personnes étaient bien mariées.

Dans la même commune, nommée à l'époque Notre-Dame-des-Préaux (comme indiqué dans l'acte de décès), on retrouve bien le mariage entre Michel Martin Rentin et Pélagie Robillard célébré le 27 février 1807. L'épouse est dite fille de Michel Robilliard et de Marie Angélique Boivin, originaire d'Épreville-en-Lieuvin et âgée de seize ans dix mois, ce qui corrobore exactement les informations écrites sur l'acte de décès à ce sujet.
Notons au passage la réforme de l'orthographe qu'a peut-être voulu intentionnellement nous proposer le maire Nicolas Hamel : "département de Leur"
En voilà un qui préférait visiblement les provinces.

A Épreville-en-Lieuvin, on retrouve bien l'acte de baptême de Pélagie, fille de Michel Robilliard et de Marie Angélique Boivin, née le 26 avril 1790.

Tout concorde donc pour conclure que Pélagie Robillard (ou Robilliard, les deux sont utilisés) est morte en 1893 à l'âge de 102 ans et 258 jours.

Documents :

Baptême
Mariage
Décès époux
Décès
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Catherine BERNARD (1785-1888), de Saint-Estèphe (Gironde)

Message par Barti le Ven 2 Juin 2017 - 14:45

L'acte de décès non dispo en ligne précise que Catherine Bernard, âgée de cent deux ans, veuve de Pierre Bobineau, est décédée à Saint-Estèphe le 27 janvier 1888, où elle est née. Le décès a été déclaré par son petit-fils.

Cette dame ne semble pas être partie de sa commune natale. Tous les autres documents la concernant ont été localisés à Saint-Estèphe.

Tout d'abord, l'acte de décès de l'époux, Pierre Bobineau : il est mort le 25 octobre 1841. L'acte précise qu'il était alors "époux de Catherine Bernard".

Le couple s'est marié le 5 février 1807. Pierre Bobineau a alors épousé Catherine Bernard, "née dans cette commune le quinze may mil sept cent quatre vingt cinq", fille "née de feu Raymond Bernard [...] et de Anne Bertrandeau".
L'acte nous révèle donc la date de naissance qui corrobore l'âge déclaré au décès, et le nom de ses parents.

Finalement, l'acte de baptême, toujours à Saint-Estèphe, confirme toutes les informations données jusqu'à présent : "Catherine fille de Raimond Bernard et de Anne Bertrandau, née le quinze mai mil sept cent quatre vingt cinq et babtisée le seze du même mois".

Catherine Bernard est donc morte en 1888 à l'âge de 102 ans et 257 jours.

Documents :

Baptême
Mariage
Décès époux

Un grand merci à Dany Chambre pour la découverte de cette centenaire, mais également à TheMan pour m'avoir transmis les documents principaux.
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jean Prévot

Message par TheMan le Mar 30 Mai 2017 - 22:37

Barti a écrit:L'acte de décès de M. Prévot indique qu'il est décédé à Saint-Benoît-du-Sault le 25 avril 1860, veuf de Margueritte Pichon et né dans la même commune le 25 janvier 1756, âgé de 104 ans et 3 mois.
Les déclarants sont Claude et Élie Prévot, ses neveu et petit-neveu.

En dépit de la date de décès assez lointaine, j'ai pu récupérer deux extraits de recensements sur Saint-Benoît-du-Sault pour ce monsieur. C'est ainsi que l'on apprend qu'il était âgé de :

- 89 ans en 1846
- 100 ans et 6 mois en 1856

Ces deux documents sont donc plutôt cohérents avec la date de naissance revendiquée au décès. Il faut maintenant creuser plus loin dans le temps.

Son épouse, Margueritte Pichon, est morte à Saint-Benoît-du-Sault le 12 août 1832 à l'âge de... 85 ans ! C'est énorme, car si Antoine Prévot est bien né en 1756, elle aurait alors 9 ans de plus que son mari !
L'acte de décès précise quant à lui qu'Antoine Prévot était alors toujours bien vivant et domicilié à Saint-Benoît-du-Sault.

Le dépouillement des registres paroissiaux m'a permis de retrouver leur acte de mariage célébré le 9 février 1790. Les deux époux sont majeurs et on apprend que Margueritte Pichon était veuve de Benoist Tholiere, ce qui explique sans doute son âge élevé par rapport à celui d'Antoine.
Sur l'acte, il est indiqué qu'Antoine Prévot est le fils de Jean Prévot, maître cordonnier décédé, et de Marie Jary.

Finalement, un seul acte de baptême peut correspondre à notre bonhomme : Antoine Prévot, fils de Jean Prévot, cordonnier, et de Marie Jary, est né le 26 janvier 1756 à Saint-Benoît-du-Sault, et baptisé le même jour.

Il est donc bien mort à 104 ans et 90 jours, et devient le premier homme français à avoir officiellement atteint l'âge de 104 ans. (until otherwise proven, comme dirait l'autre)

Documents :
Baptême
Mariage
Décès épouse
Décès

Bravo, pour cette découverte de ce nouveau doyen (H/F) (si je ne me trompe pas) et ton talent de déchiffrage des pattes de mouche du baptême

TheMan

Messages : 148
Date d'inscription : 10/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Antoine PRÉVOT (1756-1860), de Saint-Benoît-du-Sault (Indre)

Message par Barti le Mar 30 Mai 2017 - 20:19

L'acte de décès de M. Prévot indique qu'il est décédé à Saint-Benoît-du-Sault le 25 avril 1860, veuf de Margueritte Pichon et né dans la même commune le 25 janvier 1756, âgé de 104 ans et 3 mois.
Les déclarants sont Claude et Élie Prévot, ses neveu et petit-neveu.

En dépit de la date de décès assez lointaine, j'ai pu récupérer deux extraits de recensements sur Saint-Benoît-du-Sault pour ce monsieur. C'est ainsi que l'on apprend qu'il était âgé de :

- 89 ans en 1846
- 100 ans et 6 mois en 1856

Ces deux documents sont donc plutôt cohérents avec la date de naissance revendiquée au décès. Il faut maintenant creuser plus loin dans le temps.

Son épouse, Margueritte Pichon, est morte à Saint-Benoît-du-Sault le 12 août 1832 à l'âge de... 85 ans ! C'est énorme, car si Antoine Prévot est bien né en 1756, elle aurait alors 9 ans de plus que son mari !
L'acte de décès précise quant à lui qu'Antoine Prévot était alors toujours bien vivant et domicilié à Saint-Benoît-du-Sault.

Le dépouillement des registres paroissiaux m'a permis de retrouver leur acte de mariage célébré le 9 février 1790. Les deux époux sont majeurs et on apprend que Margueritte Pichon était veuve de Benoist Tholiere, ce qui explique sans doute son âge élevé par rapport à celui d'Antoine.
Sur l'acte, il est indiqué qu'Antoine Prévot est le fils de Jean Prévot, maître cordonnier décédé, et de Marie Jary.

Finalement, un seul acte de baptême peut correspondre à notre bonhomme : Antoine Prévot, fils de Jean Prévot, cordonnier, et de Marie Jary, est né le 26 janvier 1756 à Saint-Benoît-du-Sault, et baptisé le même jour.

Il est donc bien mort à 104 ans et 90 jours, et devient le premier homme français à avoir officiellement atteint l'âge de 104 ans. (until otherwise proven, comme dirait l'autre)

Documents :
Baptême
Mariage
Décès épouse
Décès
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Claude SOUTEYRAND veuve MOULIN (v.1667-1766) de Ste-Eulalie (Ardèche)

Message par Cyril le Mar 30 Mai 2017 - 0:00

Voici le contenu de l'acte de sépulture d'une ardéchoise de Sainte-Eulalie (une commune toute proche des sources de la Loire) que je détiens depuis 5 ans :
"L'an mil sept cent soixante six, et le onzieme de fevrier est decedée au ranc claude souteyrand, femme de feu jean moulin, agée d'environ cent douze ans, et munie des sacrements, et a eté enterrée le quatorzieme au cimetiere de ste eulalie presens antoine, et louis durand freres du lieu de ste eulalie illiterés de ce enquis. Mazoneuve"

C'est le 28/01/1692 à Sainte-Eulalie que se sont mariés :
- Jean Moulin, 35 ans, fils de Louis Moulin et de feue Michelle Clausiere (lesquels se sont mariés à Sainte-Eulalie le 18/02/1642), du lieu du Palliez dans la paroisse de Sainte-Eulalie
- Clauda Souteyrand/Southeran (l'orthographe change entre les deux copies du registre paroissial), 23 ans, fille de feus Michel Souteyrand/Southeran et Marie Souliere, du lieu de Ligeret dans la paroisse de Sainte-Eulalie

En fouillant dans les registres paroissiaux de Sainte-Eulalie, on peut retrouver les enfants du couple (ou tout au moins une partie d'entre eux) :
1) Jean Antoine Moulin, fils de Jean Moulin et Clauda Souteyran, baptisé le 13/02/1693 à l'âge de 5 jours
2) Pierre Moulin, fils de Jean Moulin et Clauda Souteyrant, né et baptisé le 01/07/1702
3) Jeanne Moulin, fille de Jean Moulin et Clauda Souteyran, baptisée le 28/01/1704 à l'âge d'un jour
4) Marie Jeanne Moulin, fille de Jean Moulin et Clauda Souteyran, baptisée le 06/07/1710 à l'âge d'un jour

La marraine de l'aîné de la fratrie est sa tante Clauda Souteyran du lieu de Dizonenche dans la paroisse de Sainte-Eulalie. C'est la seule homonyme que j'ai pu trouver à notre présumée centenaire, et il s'agit manifestement de sa sœur. Bien que sa filiation ne soit pas précisée sur son acte de mariage, je pense que c'est la même Clauda Souteyran qui a épousé Vidal Patouillard le 21/02/1688 à Sainte-Eulalie : son âge n'est pas indiqué, mais elle habite au lieu de Ligeret.

Clauda et Clauda avaient également un frère, Michel Souteyran, comme le montre sa filiation sur son acte de mariage avec Suzanne Moulin le 04/11/1717 à Sainte-Eulalie. Il s'agissait probablement de secondes noces, car le 09/06/1722 à Sainte-Eulalie, un certain Michel Souteyran a marié sa fille Jeanne, dont la mère (Marie Riou) était décédée. Michel Souteyran est finalement décédé le 04/01/1739 à Sainte-Eulalie à l'âge de 84 ans.

L'existence d'une regrettable lacune dans les registres paroissiaux de Sainte-Eulalie entre avril 1653 et octobre 1667 empêche de localiser les actes de baptême de Michel, Clauda et Clauda, mais il est vraisemblable qu'ils sont bien nés dans cette paroisse. J'ai dépouillé les registres des paroisses avoisinantes (lorsqu'ils remontaient suffisamment loin dans le passé) sans succès.

Sans preuves solides, mais avec un peu de logique, on peut conjecturer que :
- Michel Souteyran était le plus âgé des trois, vu qu'il est né vers 1655 selon son acte de sépulture.
- Bien que l'acte de mariage de Clauda Souteyran épouse Moulin implique une naissance en 1668-1669, j'envisage qu'elle puisse être née dans le courant de l'année 1667, peu de temps avant la fin de la lacune. Si l'on retient cette hypothèse, elle aurait eu 24 ans révolus à son mariage, ce qui est extrêmement proche des 23 ans déclarés devant le prêtre. Cela ferait d'elle la plus jeune des enfants de Michel Souteyran et Marie Souliere, qu'aucun acte de baptême ultérieur à 1667 ne mentionne comme parents.
- Clauda Souteyran épouse Patouillard a toutes les chances d'être née entre Michel et Clauda Souteyran épouse Moulin, en l'absence d'acte de baptême ultérieur à 1667, sans compter qu'elle s'est mariée 4 ans avant sa sœur et qu'elle a eu son dernier enfant avant que sa sœur n'ait son premier. Ainsi, elle a donné naissance à 3 enfants à Sainte-Eulalie : Jean Patouillard le 11/06/1688 (inhumé le 08/01/1738 à Sainte-Eulalie sous le nom de Jean Patouliar), Marie Patouillart le 27/02/1690 et Anne Patouillard le 17/03/1692 (dans l'acte de baptême de laquelle Clauda Souteyran épouse Patouillard est bizarrement dénommée Clauda "Souliere", du patronyme de sa défunte mère).

Je n'ai retrouvé que deux mentions de Clauda Souteyran veuve Moulin dans les registres pour la période allant de 1710 (naissance de son dernier enfant) à 1766 (son décès)  :
- Le 18/06/1725 au mariage de son fils Antoine Moulin avec Francoise Jourdan, Clauda Souteyran est toujours vivante au lieu de Ligeret, tandis que son époux Jean Moulin est décédé.
- Le 03/05/1727 au baptême de son petit-fils Jean Anthoine Moulin (issu du mariage évoqué ci-dessus), et bien que son lien de parenté ne soit pas précisé, Clauda Souteyran devient la marraine de l'enfant.

En conclusion, il semble clair que Clauda Souteyran veuve Moulin n'est pas décédée à l'âge de 112 ans, mais qu'elle était proche des cent ans. Si l'on se fie simplement à l'âge indiqué dans son acte de mariage (23 ans en janvier 1692), elle aurait eu 97 ans à son décès. Si, en revanche, on retient mon hypothèse comme quoi elle aurait pu naître dans le courant de l'année 1667 (ce qui est cohérent avec la reconstitution que j'ai faite de sa famille), elle aurait pu être âgée de 98 ans révolus.

Malheureusement, je ne vois pas quelle autre piste exploiter pour donner une date de naissance plus précise à cette dame, qui n'en était pas moins très âgée pour l'époque. Je ne serais pas étonné qu'elle ait été la doyenne du Vivarais (l'ancêtre du département de l'Ardèche, à une vingtaine de communes près).


Dernière édition par Cyril le Jeu 22 Juin 2017 - 14:04, édité 1 fois
avatar
Cyril
Admin

Messages : 205
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 34
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marie GREVE (1802-1896) de St-Péray (Ardèche)

Message par Cyril le Lun 29 Mai 2017 - 2:13

D'après son acte de décès, Marie Grève, 103 ans, célibataire, née à Désaignes, fille de feus Louis Grève et Julie Crozet, est décédée le 24/08/1896 à Saint-Péray (Ardèche). Le premier témoin est son neveu Pierre Ponsard (65 ans) de Valence (Drôme).

A Désaignes, on retrouve l'acte de décès du père de Marie Grève : Jean Louis Greve, 35 ans, né à Désaignes, y est décédé le 10/10/1803. La table des successions confirme que sa veuve se nomme Julie Crozet. Cette dernière est décédée le 17/08/1852 à Saint-Barthélémy-le-Pin (Julie Crouzet, 80 ans, veuve de Louis Grève).

Il m'a été impossible de retrouver l'acte de mariage de Jean Louis Grève et Julie Crouzet mais, après de longues recherches, j'ai pu déterminer qu'ils avaient eu 3 enfants :
1) Suzette Greve, née le 22/10/1799 à Désaignes
2) Marie Irene Greve, née le 06/01/1802 à Désaignes
3) Jean Louis Greve, né le 10/04/1804 à Saint-Apollinaire-de-Rias et décédé dans la même commune le 19/04/1804

D'après l'entrée de la table des successions correspondant au décès du petit dernier, le reste de la famille est constitué de "Suzanne et Marie Greve ses sœurs". Par ailleurs, Suzete Greve a épousé François Ponsard le 28/02/1824 à Saint-Barthélémy-le-Pin. Pierre Ponsard, le neveu de Marie Grève, était donc manifestement leur fils.

En conclusion, la présumée centenaire Marie Grève est née sous le nom de Marie Irène Grève le 06/01/1802. Elle n'était donc âgée que de 94 ans à son décès.


Dernière édition par Cyril le Jeu 22 Juin 2017 - 14:09, édité 1 fois
avatar
Cyril
Admin

Messages : 205
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 34
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Catherine AUBERT (1752?/1753?/1770-1857), d'Avignon (Vaucluse)

Message par Barti le Dim 28 Mai 2017 - 19:11

Mme Catherine Aubert, veuve de Veran Guichard, boulanger, est décédée à l'hôpital d'Avignon le 25 avril 1857 à l'âge présumé de 104 ans et demi, étant née à Orange (Vaucluse) et fille des défunts Jean Jacques Aubert et Catherine Gras, selon l'acte rédigé à la suite de l'événement.

Impossible de mettre la main sur l'acte de décès de Veran Guichard. Il m'a donc fallu passer directement à l'acte de mariage.

Le 9 octobre 1792 à Orange se sont mariés Veran Guichard, boulanger, natif de Pernes-les-Fontaines (le décès ne se trouve pas là non plus), et Catherine Margueritte Aubert, vingt-deux ans, fille d'Étienne Aubert et de Jeanne Thérèse Munier.

22 ans ne conduit pas à 1752 ou 1753 mais plutôt à 1770. Les noms des parents ne correspondent pas non plus. Pourtant, difficile de croire qu'il s'agit d'un autre couple : L'identité du mari, sa profession, l'identité de l'épouse, le lieu de mariage identique au lieu de naissance, sont des détails qui permettent aisément de relier l'acte de décès à l'acte de mariage.

On retrouve l'acte de baptême de Catherine Aubert, baptisée à Orange le 29 décembre 1770. Le deuxième prénom 'Marguerite' n'est pas présent, mais il vient peut-être du prénom de la marraine Marguerite Gitton.

Il est donc fortement probable que Catherine Aubert soit née peu avant ou le 29 décembre 1770 à Orange, mais certainement pas 17 ans auparavant. Elle avait donc 86 ans à sa mort.

L'acte de baptême d'une homonyme, née vers 1752 ou 1753 et fille de Jean Jacques Aubert et Catherine Gras, est probablement présent dans les registres paroissiaux d'Orange pour expliquer les indications données sur l'acte de décès (l'acte a probablement été localisé lorsque Mme Aubert est entrée à l'hôpital), mais je n'ai pas jugé utile de le rechercher.

Documents :

Baptême
Mariage
Décès
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pierre VACHER (1797?/1817-1903), de Blis-et-Born (Dordogne)

Message par Barti le Ven 26 Mai 2017 - 15:36

L'acte de décès de M. Vacher indique qu'il est décédé à Blis-et-Born le 24 juin 1903 à l'âge de "cent six ans". L'intéressé est dit né à Sorges (Dordogne), fils de Pierre Vacher et d'Anna Bost, et veuf de Marie Daniel avec qui il avait contracté mariage à Ligueux (Dordogne).

Un article du Petit Journal daté du 1er avril 1903 donne une indication sur la date de naissance : Pierre Vacher serait né le 1er avril 1797 à Sorges. Voilà qui semble confirmer l'âge et le lieu de naissance écrits sur l'acte de décès.

En regardant dans les registres de Sorges, on retrouve l'acte de naissance d'un Pierre Vacher, fils de Pierre Vacher et d'Anna Bost, né le 30 mars 1797. La date de naissance diffère donc de deux jours, mais il semble bien s'agir de notre bonhomme.

Si toutes ces informations sont correctes et arrivent à être reliées, Pierre Vacher aurait été doyen de l'humanité, hommes et femmes confondus, du 4 avril au 24 juin 1903.

Reste maintenant à trouver l'acte de mariage. L'acte de décès nous fournit là une indication importante, puisqu'il aurait eu lieu à Ligueux (Dordogne).
Je fouille donc les tables décennales. Après avoir passé en revue plusieurs décennies sans rien trouver, ce qui me paraissait étrange, je mets enfin la main sur la date de l'événement : 7 février 1842 !

Selon l'acte, le mariage a donc uni "Pierre Vacher, âgé de vingt cinq ans, cultivateur, né à [...] Sorges, [...] fils majeur de feu Etienne Vacher et de vivante Marguerite Charenton [...] ici présente et du consentement de laquelle il procède" à "Marie Daniel, âgée de vingt six ans [...] née (en) [...] cette commune".
Plus bas, les dates de naissance précises sont indiquées : 27 juin 1817 pour l'époux et 4 juillet 1816 pour l'épouse.

Ces informations bouleversent totalement ce qui a pu être écrit sur l'acte de décès. L'âge ne correspond pas, pas plus que les noms des parents. Mais peut-être est-ce tout simplement le nom de l'épouse qui est faux, et le lieu de mariage par la même occasion ?
Cette dernière hypothèse est beaucoup moins plausible, car le fils de Pierre Vacher, avec qui il habitait à son décès, connaissait probablement mieux le prénom de sa mère que celui de ses aïeux !

A Sorges, on retrouve bien l'acte de naissance de Pierre Vacher, né du mariage d'Etienne et de Marguerite Charanton le 27 juin 1817.

Donc, à l'état actuel de nos recherches, Pierre est né soit le 30 mars 1797 (peu probable), soit le 27 juin 1817 (plus probable).

La réponse finale nous est apportée par les recensements de Blis-et-Born. Sur ceux-ci, Pierre Vacher est âgé respectivement de :

- 79 ans en 1891
- 98 ans en 1901

En 1901, donc, alors qu'il était censé être âgé déjà de 104 ans, l'âge revendiqué par Pierre Vacher était encore inférieur à 100 ans ! On peut également retrouver cette même personne sur le recensement de 1891 (le nom des habitants du ménage est cohérent) : celui-ci n'est âgé que de 79 ans, ce qui le ferait naître vers 1812. C'est déjà plus proche de 1817, et même l'écart de 5 ans est cohérent car le recensement de 1901 montre que Pierre Vacher s'est vieilli de plus en plus !

Pour moi, le verdict est sans appel : Pierre Vacher n'était âgé que de 85 ans et 362 jours à son décès, et s'est servi de l'acte de naissance d'un homonyme pour conforter sa vieillesse prématurée. Je l'intègre donc dans la base des "centenaires faux ou exagérés".

Documents :

Acte de naissance de l'homonyme
Vrai acte de naissance
Mariage
Recensement de 1891 (Blis-et-Born)
Recensement de 1901 (Blis-et-Born)
Le Petit Journal - 1er avril 1903
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Louis COSTE (v.1757-1854) d'Issamoulenc (Ardèche)

Message par Cyril le Jeu 25 Mai 2017 - 23:53

D'après son acte de décès, Louis Coste, 104 ans, veuf de Marianne Freydier, est décédé le 20/02/1854 à Cevelas, dans la commune d'Issamoulenc (Ardèche). Les témoins, non apparentés au défunt, n'ont pas pu donner l'identité de ses parents. D'après la table des successions et des absences, l'héritière de Louis Coste est sa bru "Catherine Coste veuve Coste".

L'acte de décès de son épouse nous apprend que Marianne Fredier, 82 ans, fille de feus Pierre Fredier et Anne Vesion, épouse de Louis Coste, est décédée le 30/12/1829 dans la maison de son mari à Cévélas (Issamoulenc). Le premier témoin est leur fils Louis Coste, 47 ans, lui aussi domicilié à Cévélas. Louis Coste (fils) et Catherine Coste, sa veuve, sont respectivement décédés les 24/01/1848 et 17/04/1862 à Cévelas (Issamoulenc), âgés de 66 et 84 ans.

L'acte de mariage de Louis Coste et Marianne Freydier, de même que les actes de baptême de leurs enfants sont introuvables à Issamoulenc... ou peut-être pas ! Une recherche dans les déclarations faites par les protestants des environs de Gluiras suite à l'édit de tolérance de 1787 (leur permettant de tenir légalement un état-civil, ce qui n'était plus possible depuis la révocation de l'édit de Nantes en 1685) nous apprend que Louis Coste et Marianne Freydier, de Sevelas dans la paroisse d'Issamoulenc, se sont mariés le 10/05/1778 et ont eu 4 enfants :
1) Jeanne Coste, née le 29/04/1780 et baptisée le 02/05/1780
2) Louis Coste, né le 23/11/1782 et baptisé le 30/11/1782
3) Joseph Coste, né le 29/01/1784 et baptisé le 03/02/1784
4) Alexandre Coste, né le 09/12/1786 et baptisé le 09/12/1786

J'ai d'ailleurs retrouvé l'acte de mariage et les actes de baptême des deux premiers enfants dans les registres du pasteur Noé, mais l'âge de Louis Coste n'y est jamais indiqué. On apprend cependant que ses parents sont Louis Coste et Suzanne Fougerol, de Cevelas (Issamoulenc). Les parents de Marianne Freydier sont Jean Pierre Freydier et Anne Vezians (des noms très proches de ceux cités dans son acte de décès) du lieu de Mauves. Après vérification, il s'avère que Mauves est un lieu-dit de la paroisse/commune d'Ajoux.

J'ai retrouvé l'acte de mariage de Jean Pierre Freidier et Anne Vezian dans le registre paroissial d'Ajoux, en date du 06/05/1726. Ce qui est curieux, c'est qu'ils ont déclaré les naissances de leurs enfants nés entre 1727 à 1743 à l'église, mais pas celle de la petite dernière : Marie Anne Freydier, née le 22/10/1746, a été baptisée le 06/11/1746 par le pasteur Pierre Peyrot. Ceci dit, à l'époque, les protestants n'avaient guère le choix, car les pasteurs, qui s'étaient exilés à la fin du XVIIème siècle, ne sont revenus que progressivement au début du règne de Louis XV. Ainsi, aucun registre protestant n'a été tenu dans les environs d'Ajoux entre 1699 et 1740.

Bref, mes recherches commençaient plutôt bien, avec un centenaire présumé dont l'épouse était décédée 25 ans plus tôt, à l'âge avéré de 83 ans révolus, après 51 ans de mariage.

Malheureusement, les parents et éventuels frères et sœurs de Louis Coste semblent aussi absents des registres paroissiaux catholiques que des registres protestants "du désert". Des milliers de pages visionnées pour rien ! Pourtant, rien n'indique que la famille ait pu vivre ailleurs qu'à Issamoulenc...

Finalement, ce sont des actes d'état-civil du XIXème siècle qui vont apporter la solution, puisque dans 3 d'entre eux, l'âge de Louis Coste est mentionné. En effet, celui-ci a eu la bonne idée d'être le témoin de mariage de son fils Louis, ainsi que de 2 des 4 filles de ce dernier, Rosalie et Marianne (mais pas Zoé et Persille) :
- Le 05/05/1801, au mariage de Louis Coste et Catherine Coste, Louis Coste père est dit âgé de 42 ans
- Le 15/07/1827, au mariage de Jean Louis Ladrait Mathieu et Rosalie Coste, Louis Coste est dit âgé de 70 ans
- Le 15/07/1828, au mariage de Paul Coulet et Marianne Coste, Louis Coste est dit âgé de 72 ans

Le graphique suivant permet de se rendre compte que l'âge de Louis Coste a été exagéré à la fin de sa vie :


Au vu de l'ensemble de ces informations, j'estime que Louis Coste est né vers 1757 et est probablement décédé à l'âge de 96 ans. Il était donc plus jeune que sa femme d'au moins 10 ans, qui n'avait pourtant que 31 ans au moment de leur union.


Dernière édition par Cyril le Jeu 22 Juin 2017 - 14:12, édité 1 fois
avatar
Cyril
Admin

Messages : 205
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 34
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Augustine Restitude TOUZET (1823-1926), d'Auxi-le-Château (Pas-de-Calais)

Message par Barti le Mer 24 Mai 2017 - 20:41

L'acte de décès indique qu'Augustine Restitude Touzet, célibataire, née à Béalcourt (Somme) le 6 janvier 1823, fille des défunts Jean Baptiste Touzet et Marguerite Amaranthe Bellettre, est décédée à Auxi-le-Château le 3 décembre 1926.
Le décès a été déclaré par un membre de la famille : Paul Ternisien, son neveu par alliance.

Le recensement d'Auxi-le-Château quinze ans auparavant, en 1911, confirme l'identité, le lieu et la date précise de naissance de la centenaire. Celle-ci vivait avec son neveu et d'autres membres de la famille.

On retrouve bien l'acte de naissance de la dite Augustine Restitude Touzet à Béalcourt, née le 6 janvier 1823 du mariage de Jean Baptiste Touzet et Margueritte Amaranthe Bellette.

Restitudons à cette dame morte à 103 ans et 331 jours les honneurs qui lui sont dus, en l'intégrant à notre liste.

Documents :

Naissance
Recensement - 1911 - Auxi-le-Château

Comme d'hab, acte de décès dispo pour les intéressés.
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marie SAROUL (v.1780-1870) de Gluiras (Ardèche)

Message par Cyril le Lun 22 Mai 2017 - 21:20

D'après son acte de décès, Marie Saroul, 104 ans, célibataire, née à Saint-Jean-Roure, fille de Pierre Saroul et Marie Girard, est décédée le 07/04/1870 à Chalans, dans la commune de Gluiras (nous sommes toujours en Ardèche). Le premier témoin est son neveu Jean Munier (54 ans).

Si l'on remonte la piste du neveu :
- Son acte de décès indique que Jean Munier, né à Saint-Martin-de-Valamas, décédé le 25/09/1875 à Gluiras à l'âge de 60 ans, était le fils de Jean Antoine Munier (décédé à Saint-Martin-de-Valamas) et de Jeanne Marie Saroul (décédée à Saint-Jean-Roure), qui devait donc être la sœur de Marie Saroul.
- Les parents de Jean Munier se sont mariés le 06/04/1815 à Saint-Martin-de-Valamas. Jeanne Marie Saroul est dite âgée de 21 ans, native de Saint-Jean-Roure et fille de feux Jean Pierre Saroul et Marie Girard. Le troisième témoin est Jean Pierre Saroul (22 ans), frère de la mariée.
- L'acte de décès de Jeanne Marie Saroul confirme les informations précédentes. Elle est décédée le 08/02/1857 à Saint-Jean-Roure, dont elle est native, à l'âge de 70 ans, et ses parents sont les défunts Jean Pierre Saroul et Jeanne Marie Girard, de Saint-Jean-Roure.

Venons-en aux parents de Marie, Jeanne Marie et Jean Pierre Saroul :
- Leur père Jean Pierre Saroul est décédé le 20/05/1809 à Saint-Jean-Roure à l'âge de 60 ans. Dans la table des successions et celle des sépultures, il est précisé qu'il a 7 enfants vivants, dont Pierre Saroul.
- Leur mère Marie Girard, veuve de Jean Pierre Saroul, est décédée le 02/02/1810 à Saint-Jean-Roure à l'âge de 53 ans. Dans la table des successions sont notés les prénoms de ses 7 enfants survivants : Pierre, Jean Pierre, Jean Antoine, Marguerite, François, Marie et Jeanne Marie Saroul.

Jean Pierre Sarrou (32 ans) et Marie Girard (21 ans) se sont mariés le 14/10/1777 à Saint-Jean-Roure. L'âge de l'époux sur l'acte de mariage suggère une année de naissance aux alentours de 1745, contre 1749 selon son acte de décès, ce qui est assez proche. Quant à l'épouse, elle serait née vers 1756 (AM) ou 1757 (AD).

J'ai recensé au moins 10 enfants de ce couple, mais je n'ai retrouvé que 7 actes de baptême/naissance à cause des lacunes présentes dans le registre des baptêmes et mariages de Saint-Jean-Roure :
1) Marianne est née le 20/09/1778 et décédée le 13/08/1784 à Saint-Jean-Roure
2?) L'un des enfants est peut-être né vers début 1780 [lacune de 08/1779 à 05/1780]
3) Jean Pierre (dit Pierre) est né le 13/03/1782 à Saint-Jean-Roure
4) Jean François est né le 27/12/1783 à Saint-Jean-Roure
5?) L'un des enfants est peut-être né vers fin 1784 [lacune de 04/1784 à 01/1785]
6) Jeanne Marie est née le 06/03/1786 et décédée le 12/03/1786 à Saint-Jean-Roure
7) Marianne est née le 01/04/1787 et décédée le 17/06/1805 à Saint-Jean-Roure
8?) L'un des enfants (très certainement Jeanne Marie, qui a dû reprendre le prénom de sa sœur décédée en bas âge) est peut-être né vers 1789 [lacune de 05/1787 à 01/1791]
9) Jean Pierre est né le 24/05/1792 à Saint-Jean-Roure
10) Jean Antoine est né le 01/12/1794 à Saint-Jean-Roure

Je n'ai pas réussi à retrouver la trace de Marguerite, ce qui fait que j'ignore si elle était plus âgée ou plus jeune que Marie, dont l'acte de baptême manque également. Mais étant donné l'âge que Marie Saroul prétendait avoir à son décès, il est très probable qu'elle soit née en 2ème position, vers début 1780, ce qui ferait d'elle l'aînée des 7 enfants encore en vie au moment du décès des parents.

Je conclus donc que Marie Saroul n'était définitivement pas centenaire, et qu'elle était probablement âgée de 90 ans.

Un jour, je réussirai à trouver un vrai centenaire ardéchois inédit du temps jadis, je vous le promets Neutral


Dernière édition par Cyril le Jeu 22 Juin 2017 - 14:16, édité 1 fois
avatar
Cyril
Admin

Messages : 205
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 34
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marguerite AUTIXIER (1814-1918), de Givarlais (Allier)

Message par Barti le Lun 22 Mai 2017 - 20:53

L'acte de décès précise que Marguerite Autixier, veuve d'Antoine Passat, fille des défunts Michel Autixier et Jeanne Georges, est décédée à Givarlais le 14 février 1918, y étant née le 3 février 1814.

Antoine Passat est mort assez vieux, à 80 ans, le 25 novembre 1889 à Givarlais, alors "époux de Autissier Marguerite".

Un mariage de Givarlais daté du 28 juin 1830 a célébré l'union d'Antoine Passat et de Margueritte Autixier, née en la même commune le 3 février 1814, fille de Michel Autixier et Jeanne Georges. Notre centenaire s'est donc mariée à 16 ans.

De là, pas difficile de retrouver l'acte de naissance : Le 3 février 1814 est née à Givarlais Marguerite Autixier, fille de Michel et de Jeanne Georges. Tout concorde.

Marguerite Autixier est donc morte en 1918 à l'âge de 104 ans et 11 jours.

Documents :

Naissance
Mariage
Décès époux

Acte de décès dispo en privé.
avatar
Barti
Admin

Messages : 594
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 19
Localisation : Reims

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Investigations sur de possibles grands centenaires français décédés (anciens et modernes)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 25 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 14 ... 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum