LES GRANDS CENTENAIRES FRANÇAIS

Investigations sur de possibles grands centenaires français décédés (anciens et modernes)

Page 6 sur 38 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 22 ... 38  Suivant

Aller en bas

Jean Pierre VEYRE (1760-1851) de Vanosc (Ardèche)

Message par Cyril le Jeu 11 Jan 2018 - 19:38

D'après son acte de décès, Jean Pierre Veyre, 101 ans, né au Bosc à Vanosc, fils de feus Jacques Veyre et Marie Anne Jurdic, veuf de Jeanne Gery, est décédé le 14/11/1851 à Bourgaud, dans la commune de Vanosc.

Voici ce que nous apprennent les recensements de Vanosc :
- En 1851, J[ea]n Pierre Veyre, 98 ans, veuf, vivait à Bourgaud avec sa fille Marianne (41 ans), son mari Joseph Dessemond (36 ans), leurs 3 enfants âgés de 2 à 6 ans, ainsi que J[ea]n Pierre Rouchon (23 ans), "enfant d'un 1er lit".
- En 1846, J[ea]n Pierre Veyre, 90 ans, veuf, vivait à Bourgaud dans la même famille, où J[ea]n Pierre Rouchon (18 ans) est erronément dit "oncle" de son demi-frère Frédéric Dessemond (1 an).
- En 1836, J[ea]n Pierre Veyre, 81 ans, veuf, vivait avec son gendre Claude Rochon (28 ans), lui-même époux de Marie-Anne Veyre (29 ans), lesquels étaient parents de 3 enfants, dont J[ea]n Pierre Rochon (7 ans) était l'aîné.

En 1828 et 1843, dans les deux actes de mariage de "Marianne", dont les prénoms officiels étaient en réalité "Jeanne Marie", son père Jean Pierre Veyre est présent et veuf de Jeanne Gery.

L'âge de notre présumé centenaire est indiqué dans les deux actes suivants :
- Au décès de son gendre Claude Marie Rouchon le 06/06/1839 à Bourgaud, Jean Pierre Veyre a déclaré avoir 82 ans.
- Au décès de son épouse Jeanne Marie Gery, 63 ans, fille de feus Joseph Gery et Marie Bardon, le 25/02/1825 à Bourgaud, Jean Pierre Veyre a déclaré avoir 64 ans.

Leur mariage n'aura duré qu'un quart de siècle, puisque c'est le 19/02/1800 (30 pluviôse VIII) à Annonay que Jean Pierre Veyre, fils de feu André Veyre et de vivante Jeanne Jurdic [dont les prénoms étaient erronés dans son acte de décès], domicilié au Bosc à Vanosc, a épousé Jeanne Gery, fille de feu Joseph Gery et de vivante Marie Bardon, domiciliée à Bourgaud dans la commune de Vanosc.

Après cette union tardive [Jeanne Gery avait à peu près 38 ans au mariage], le couple semble n'avoir eu que 2 enfants :
1) Louis, fils de Jean Pierre Veyre et Jeanne Gery, né le 22/08/1801 (4 fructidor IX) à Bourgaud
2) Jeanne Marie, fille de Jean Pierre Veyre (46 ans) et Jeanne Gery, née le 29/07/1806 à Bourgaud

Jean Pierre Veyre serait donc né vers :
- 1750 d'après son acte de décès (1851)
- 1753 d'après le recensement de 1851
- 1756 d'après le recensement de 1846
- 1757 d'après l'acte de décès de son gendre (1839)
- 1755 d'après le recensement de 1836
- 1761 d'après l'acte de décès de son épouse (1825)
- 1760 d'après l'acte de naissance de sa fille (1806)

Par conséquent, on peut s'attendre à une exagération de son âge d'environ 10 ans.

Ses parents, André Veire et Jeane Jurdic, ont convolé en justes noces le 17/09/1743 à Vanosc. Sur 12 enfants, nés entre 1745 et 1769, ils ont eu 4 fils : Etienne (1745), Louis (1749), Francois (1756) et... Jean Pierre, né au Bosc le 12/05/1760. Son âge concorde avec ceux qui lui sont attribués à la naissance de sa fille et à la mort de sa femme.

J'en conclus que Jean Pierre Veyre est décédé à l'âge de 91 ans et 186 jours.
avatar
Cyril
Admin

Messages : 386
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 35
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Alexandre DELIRY (1777-1878), de Soissons (Aisne)

Message par Barti le Mer 10 Jan 2018 - 23:23

Les rares centenaires des temps anciens bénéficiaient de belles cérémonies pour la célébration de leur anniversaire. Le Journal de Senlis du 23 décembre 1877 annonce les fêtes organisées à Soissons pour la célébration du centenaire de M. Alexandre Deliry.



Le site landrucimetieres.fr nous apprend que sa pierre tombale est toujours présente dans l'ancien cimetière de Belleu, commune voisine de Soissons. L'inscription suivante y est visible : "Alexandre Deliry décédé le 23 septembre 1878 à l'âge de 101 ans".



L'acte de décès indique qu'Alexandre Deliry, âgé de cent ans et neuf mois, veuf en premières noces de Marie Angélique Vauvillé, en secondes noces de Catherine Mouflet et en troisièmes noces de Géneviève Adélaïde Lévêque, né à Soissons le 15 décembre 1777, fils de Nicolas Louis Deliry et de Marie Anne Leblanc, est bien décédé à Soissons le 23 septembre 1878. Le décès a été déclaré par son "petit-fils" Ernest Menot (43 ans) domicilié à Belleu et son "arrière petit-fils" Eugène Chevallier (29 ans) domicilié à Soissons.

3 mariages ! Notre centenaire semblait beaucoup aimer les femmes. Aucune d'entre elles n'aura malheureusement eu la chance de lui survivre.

L'acte de décès de la 3ème indique que Geneviève Adélaïde Léveque, "épouse de Alexandre Deliry", née à Soissons, est décédée à Soissons le 3 avril 1849.

Leur mariage a été célébré à Soissons le 27 décembre 1836. Géneviève Adélaide Leveque a épousé Alexandre Deliry, "veuf de dame Catherine Mouflet son épouse décédée à Soissons le onze mars mil huit cent trente cinq", âgé de 59 ans, né à Soissons le 15 décembre 1777, fils de feu Nicolas Louis Deliry décédé à Soissons le 13 juillet 1813 et de vivante Marie Anne Leblanc. L'un des témoins est Sébastien Joseph Deliry, boulanger demeurant à Soissons, frère de l'époux.

Comme l'indiquait le précédent acte, l'acte de décès de Marie Catherine Mouflet, "epouse du sieur Alexandre Deliry", née à Belleu, indique qu'elle est décédée à Soissons le 11 mars 1835. Le déclarant du décès était son "beau frère" Joseph Sébastien Deliry, boulanger demeurant à Soissons.

Leur mariage a été célébré à Soissons le 7 mai 1817. Marie Catherine Mouflet a épousé Alexandre Deliry "veuf de Marie Angélique Vauvillé, son épouse décédée à Soissons le dix neuf août mil huit cent treize", né en la paroisse Saint-Rémi de Soissons le 15 décembre 1777, fils de Nicolas Louis Deliry décédé à Soissons le 13 juillet 1813 et de vivante Marie Anne Leblanc. Joseph Sébastien Deliry, boulanger, "frère de l'époux", est encore une fois présent, mais il était domicilié à l'époque à La Ferté-Milon (Aisne).

Les actes d'état civil et registres paroissiaux de Soissons rédigés avant 1815 ont bénéficié, pour une raison que j'ignore, d'une reconstitution probablement à cause d'une destruction des documents. Nous ne sommes donc pas en possession des originaux mais d'actes partiellement reconstitués. La date de décès de la 1ère épouse nous redirige vers son acte de décès qui, heureusement pour nous, a été reconstitué : Marie Angélique Vauvillé, "epouse de Alexandre Deliry", née à Soissons, est décédée à Soissons le 19 août 1813.

Le 1er acte de mariage d'Alexandre, en revanche, demeure introuvable à Soissons où il a pourtant théoriquement été célébré entre 1793 et 1813, les deux époux étant originaires de cette ville. Il est probable qu'il ait bien eu lieu là-bas, mais que l'acte n'ait malheureusement jamais été reconstitué. Il va donc falloir s'en passer.

Par chance, l'acte de baptême reconstitué est disponible. On apprend ainsi qu'Alexandre, fils de Nicolas Louis Deliry et de Marie Anne Leblanc, est né le 15 décembre 1777 sur la paroisse Saint-Rémy de Soissons.

Pour l'instant, les documents que nous possédons concordent tous entre eux. L'acte de baptême, les 2 actes de mariage et l'acte de décès mentionnent tous la même date de naissance : 15 décembre 1777. J'ai néanmoins décidé de rechercher d'autres documents de milieu de vie qui prouveraient, par simple mention de l'âge, que cette date de naissance a toutes les chances d'être correcte.
Pour se faire, et en l'absence de recensements, j'ai décidé d'orienter mes investigations vers sa famille : Nous savons par son acte de décès que son petit-fils se nommait Ernest Menot, qu'il était âgé de 43 ans et était domicilié à Belleu en 1878. Nous savons également par les 2 derniers actes de mariage et le décès de la seconde épouse d'Alexandre que ce dernier avait un frère nommé Joseph Sébastien (ou Sébastien Joseph) Deliry domicilié à La Ferté-Milon en 1817 et à Soissons en 1835 et 1836.

Commençons par le petit-fils : les informations que l'on détient sur lui permettent de retrouver son acte de mariage célébré le 11 janvier 1859 à Belleu. Arnesse Menot, fils de Louis Amand Menot et de Virginie Félicité Priolet, a épousé Clarisse Honorine Chevallier, fille de Honoré Chevallier et de Joséphine Clarisse Deliry. A première vue, l'absence de Deliry dans les noms de famille des parents d'Arnesse/Ernest contredisent le fait qu'Alexandre soit son grand-père. Cependant, on constate que la mère de Clarisse Honorine Chevallier, son épouse, a pour nom de famille Deliry. Serait-il possible que Clarisse soit la petite-fille d'Alexandre et qu'Arnesse/Ernest soit en réalité son petit-fils par alliance ? L'hypothèse ne tarde pas à être confirmée car parmi les témoins est cité Alexandre Deliry, "âgé de quatre-vingt et un ans sans profession, grand-père de l'épouse domicilié audit Belleu". C'était donc bien le cas, et coup de pot : cela nous fait déjà un document supplémentaire où l'âge d'Alexandre est indiqué et cohérent.

L'acte de mariage de François Honoré Chevailler et Joséphine Clarice Deliry, célébré à Soissons le 10 décembre 1833, nous apprend que la mariée était une fille née du premier mariage d'Alexandre car ses parents sont respectivement "Alexandre Deliry jardinier demeurant à Soissons" et "Marie-Angélique Vauvillé son épouse décédée audit Soissons le dix neuf août mil huit cent treize". L'acte ne renseigne malheureusement pas sur l'âge du père, mais l'un des témoins présents au mariage est à nouveau "Sébastien-Joseph Deliry Boulanger demeurant à Soissons [...] oncle paternel de l'épouse". Nos recherches vont maintenant s'orienter vers lui.

Grâce aux tables décennales de Soissons, je parviens à retrouver 3 actes de mariage intéressants :

- Le 22 juillet 1850 à Soissons se sont unis "Joseph Sébastien Deliry, veuf de Louise Eulalie Charpentier [...], fils de défunt Louis Nicolas Deliry [...] décédé le treize juillet mil huit cent treize et de défunte Marie Anne Leblanc [...] décédée [...] le vingt janvier mil huit cent quarante" et Thérèse Victoire Choquart. L'un des témoins est "Alexandre Deliry [...] âgé de soixante douze ans, frère de l'époux".
- Le 6 février 1839 à Soissons se sont unis "Joseph Augustin Deliry [...] fils majeur du sieur Joseph Sébastien Deliry, m(aît)re boulanger [...] et de dame Honnorée Geneviève Visbecq [...] celle ci décédée" et Sophie Apoline Paquier. L'un des témoins est "Alexandre Deliry, propriétaire demeurant à Soissons agé de soixante et un ans, oncle paternel de l'époux".
- Le 30 juin 1835 à Soissons se sont unis "Félix Alexandre Henry Deliry [...] fils [...] de M. Joseph Sébastien Deliry m(aît)re boulanger demeurant à Soissons [...] et de dame Honnorée Geneviève Visbecq son épouse décédée" et Jeanne Marie Louise Adélaïde Clarice Desboves. L'un des témoins est "Alexandre Deliry jardinier demeurant à Soissons âgé de cinquante sept ans oncle paternel de l'époux".

Les âges et les liens familiaux sont tous cohérents. L'acte de mariage de Joseph Sébastien Deliry et Honnorée Geneviève Visbecq n'étant pas trouvable à Soissons, j'ai émis l'hypothèse qu'il avait été célébré à La Ferté-Milon, lieu de naissance des neveux et lieu de résidence du frère en 1817.

J'ai effectivement vu juste. Cet acte, indique que "Joseph Sebastien Deliry [...] fils de Nicolas Louis Deliry jardinier et de Marie Anne Leblanc" a épousé Honnorée Geneviève Visbecq le 27 novembre 1809 à La Ferté-Milon. Et si jusqu'ici, acte de baptême mis à part, le document le plus ancien que nous possédions où l'âge d'Alexandre était indiqué était son 2ème acte de mariage rédigé 39 ans après sa naissance, nous avons maintenant cet acte daté du 27 novembre 1809 où l'âge des témoins est indiqué et parmi eux se trouvait "Alexandre Deliry agé de trente deux ans [...] frère de l'époux". Cet âge bien plus rapproché de la naissance corrobore une nouvelle fois une naissance en 1777.

Au bout du compte, tous les documents sont cohérents aussi bien sur les liens familiaux que sur les âges du protagoniste. Après ces longues mais fructueuses recherches, il convient de conclure qu'Alexandre Deliry est décédé le 23 septembre 1878 à l'âge de 100 ans et 282 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marie Rose SIMON (1809-1911), de Chamoy (Aube)

Message par Barti le Mar 9 Jan 2018 - 23:27

L'acte de décès indique que Marie Rose Simon, âgée de cent deux ans, née à Chamoy le 3 septembre 1809, veuve de Louis Gaillier décédé à Chamoy le 28 septembre 1873, fille de Jean Baptiste Simon et de Marie Bertrand, est décédée à Chamoy le 18 novembre 1911 en la maison de sa fille Louise Joséphine Gaillier veuve Truchy âgée de 64 ans. Le décès a été déclaré par son "cousin" Eugène Bourgeois (49 ans) et son "arrière-petit-neveu" Henri Fleuriot (39 ans). Cet acte se révèle particulièrement riche en informations.

En cherchant dans le recensement de 1901 à Chamoy, j'ai pu localiser une certaine Rosalie Simon (91 ans) qui vivait avec Louise Gaillier (54 ans). Le lien de parenté n'est pas précisé et le prénom ne correspond pas mais il semble évident qu'il s'agit de notre centenaire et de sa fille : les âges correspondent et les identités également si on excepte le prénom de Marie Rose transformé en "Rosalie".

Comme l'indiquait l'acte de décès de sa femme, Louis Gaillier "époux de Marie-Rose Simon âgée de soixante quatre ans" est décédé à Chamoy le 28 septembre 1873.

Louise Joséphine Gaillier, la fameuse fille chez qui s'est éteinte notre centenaire et qui semblait déjà vivre avec elle en 1901, est née à Chamoy le 19 mai 1847 du mariage de Louis Gaillier et de Rosalie Simon "agée de trente huit ans". Son nom marital, indiqué dans l'acte de décès de sa mère, est confirmé par son acte de mariage célébré à Chamoy dans lequel on apprend que Louise Joséphine Gaillier, née à Chamoy le 20 mai 1847 (en fait déclarée ce jour-là), "fille légitime de Gaillier Louis âgé de soixante cinq ans et de Marie Rose Simon âgée de cinquante quatre ans", a épousé Louis Médard Truchy le 15 novembre 1864.

Le mariage de notre centenaire, quant à lui, a été célébré à Chamoy le 26 juin 1832. Louis Gaillier s'est ainsi uni à Marie Rose Simon, âgée de vingt deux ans, née à Chamoy le 3 septembre 1809, fille de Jean Baptiste Simon et de défunte Marie Bertrand décédée à Chamoy le 3 avril 1811 (soit un an et demi après la naissance présumée de Marie Rose).

Nous avons la chance ici que les 6 documents utilisés jusqu'à maintenant mentionnent l'âge de notre centenaire. Un seul d'entre eux (l'acte de mariage de sa fille) rajeunit Marie Rose d'1 an. Les autres sont parfaitement cohérents pour corroborer une naissance au 3 septembre 1809. Enfin, Marie Rose est nommée Rosalie dans deux documents (recensement de 1901 et acte de naissance de sa fille), ce qui semble étayer l'hypothèse qu'il s'agissait d'un surnom.

Finalement, un seul acte de naissance peut lui correspondre : Marie Roze, fille de Jean Baptiste Simon et de Marie Bertrand, est née à Chamoy le 3 septembre 1809 et a été déclarée en mairie le lendemain.

Marie Rose Simon était donc bien âgée de 102 ans et 76 jours à son décès.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

François COMBECAVE (1801-1902), de Duravel (Lot)

Message par Barti le Lun 8 Jan 2018 - 23:03

L'Express du Midi du 5 octobre 1902 rapporte le décès de l'abbé François Combecave, né à Duravel le 28 août 1801 et mort dans la même commune le 2 octobre précédent.



L'acte de décès indique que François Combecave, "ancien desservant", âgé de cent un ans, né à Duravel, fils de Jean Combecave et de Marie Anne Laval, est décédé à Duravel le 2 octobre 1902.

Le statut d'ancien prêtre de François ne fait aucun doute sur sa situation de célibataire. Il va donc falloir faire sans acte de mariage. J'ai eu un peu de mal à authentifier la longévité de ce monsieur, et je pense que l'authentification aurait été impossible, voire très difficile, si je n'avais pu être aidé par une source précieuse et difficile à débusquer.

Il est premièrement possible de retrouver François dans 3 recensements à Duravel. Ainsi :
- En 1901, Marcelin Castagné (56 ans), vivait avec sa femme Félicie Delmon (45 ans), leurs 6 enfants et son oncle François Combecave (100 ans), "prêtre".
- En 1896, Ant(oi)ne Marcellin Castagné (51 ans), vivait avec sa femme Jeanne Delmon (39 ans), leurs 6 enfants et "leur oncle" François Combecave (94 ans), "prêtre".
- En 1891, Antoine Castagné (46 ans), vivait avec sa femme Félicie Delmon (35 ans), leurs 6 enfants et le "Gd oncle" François Combecave (90 ans), "prêtre".

En 1886, François Combecave ne vivait pas à Duravel avec le ménage constitué de Frederic Castagné (42 ans), sa femme Felicie Delmon (31 ans) et leurs enfants. Cela parait logique si on tient compte de l'article disant qu'il "s'était retiré [à Duravel] depuis quelques années". De plus, on peut également lire qu'il "appartenait au clergé du diocèse d'Agen" ce qui signifierait qu'il fut prêtre dans le Lot-et-Garonne. Mais où exactement ? Le Lot-et-Garonne est voisin de la commune de Duravel, mais cela ne nous donne pas le lieu exact...

Le lien de parenté entre François et son neveu présumé est clairement établi par deux actes de mariage : Le premier célébrant l'union d'Antoine Marcelin Castagné avec Jeanne Delmond le 22 juillet 1874 à Duravel dans lequel l'époux est dit fils de Pierre Castagné et de feue Madelaine Combecave, et le deuxième célébrant l'union de Pierre Castagné avec Madelaine Combecave le 10 septembre 1829 à Duravel dans lequel l'épouse est dite fille de Jean Combecave "employé dans les impôts indirects, en retraite" et Marie Anne Laval. Madelaine Combecave était la soeur de François Combecave, lequel était donc bien l'oncle d'Antoine Marcelin Castagné. Toutefois, aucune information sur François et son lieu de résidence n'apparaît dans ces actes. Bien que les recensements de Duravel indiquent des âges cohérents, j'ai besoin de documents de milieu de vie et j'en reste pour l'instant au point mort...

Une lueur d'espoir m'apparaît lorsque je localise cet article de l'Est Républicain daté du 17 septembre 1901 :



Ainsi donc, François Combecave aurait été curé d'Alloux... Alloux... késako ? Cette commune n'existe pas ! En vérifiant la liste des communes du Lot, je ne trouve aucun nom ressemblant. En revanche, la consultation de la liste des communes du Lot-et-Garonne me permet d'apprendre l'existence d'un de ses villages nommé "Allons". Bien que ce village soit situé à l'extrême opposé du département par rapport à la frontière avoisinant Duravel, et à plus de 100 km de la commune de naissance et décès de notre centenaire, ce serait la seule commune pouvant correspondre à "Alloux".

Avec un mince espoir, je me lance dans une petite recherche Internet, et je découvre avec surprise, dans une liste de curés du village d'Allons figurant sur une page du site genealogie-en-47.fr, la phrase suivante : "10° François COMBECAVE, né le 28 août 1801, nommé à Allons le 9 mai 1861, titulaire d’Ambrus le 11 décembre 1871 (voir art. à Saint-Maurin)". Ainsi donc c'était bien ce village ! La date présumée de naissance et l'identité du prêtre en témoignent : c'est bien notre centenaire.
La source de cette liste est indiquée un peu plus bas : "Texte du chanoine DURENGUES. 18 J 36 à 42".

Ces textes sont en réalité les Notes historiques sur les paroisses du diocèse d'Agen rédigées par l'abbé Antoine Durengues au début du XXème siècle. Après quelques recherches, je parviens à trouver une version numérique de ce document et à accéder aux notes du village d'Allons. Sur les fameuses notes figure exactement la même phrase que celle
recopiée sur le site genealogie-en-47. Or, ce court extrait nous redirige vers "art. à Saint-Maurin". Saint-Maurin est une autre commune du Lot-et-Garonne. Se pourrait-il que d'autres informations apparaissent dessus ?

C'est exactement le cas, et ces notes sont probablement la meilleure source d'informations qu'il m'était possible de retrouver, car tout le parcours ecclésiastique de François Combecave y est cité avec d'autres informations complémentaires. Voici l'extrait en question :
"4° François Combecave né le 29 août 1801 à Duravel (Lot), incorporé au diocèse d'Agen en 1821, prêtre le 9 juin 1827, vicaire de Ste Catherine (Villeneuve) le 1er septembre 1827, recteur de Fourques, de Coussan le 1er septembre 1828, de St Maurin en janvier 1836, de Lamontjoie en septembre 1845, de Masquières le 1er juillet 1853, de Salles le 16 novembre 1855, d'Allons le 9 mai 1861, titulaire d'Ambrus le 11 décembre 1871, de [Bonnes-Nouvelles ?] le 16 juillet 1875, décédé à Duravel le 2 octobre 1902".

Antoine Durengues se contredit sur la date de naissance précise : "28 août" pour l'article d'Allons, "29 août" pour celui de Saint-Maurin. La différence est cependant très minime et le principal reste la connaissance des différentes paroisses dans lesquelles a officié notre centenaire tout au long de sa vie. Et on peut dire qu'il a vu du pays...

Cela me permet de le retrouver dans plusieurs recensements. Ainsi :
- En 1866, François Combecave (65 ans), "curé", vivait à Allons avec sa servante Jeanne Lespès (62 ans)
- En 1856, François Combecave (54 ans), "prêtre", vivait à Salles avec son père Jean Combecave (82 ans)
- En 1851, François Combecave (50 ans), "prêtre", vivait à Lamontjoie avec son père Jean Combecave (75 ans) "pensionné de l'Etat"
- En 1846, François Combecave (45 ans), "prêtre", vivait à Lamontjoie avec sa nièce Thérèse Rabiès (35 ans)
- En 1841, François Combecave, "recteur", vivait à Saint-Maurin avec Jean Combecave "sans profession" et Thérèse Radié "gouvernante". Jean Combecave est placé en tête du ménage, mais son lien de parenté avec François n'est pas indiqué. Toutefois, on peut penser qu'il s'agit de son père.
- En 1836, on retrouve à Saint-Maurin un certain Jean Combecave (36 ans), "curé de St-Maurin" qui vivait avec sa domestique Margueritte Fraysi veuve Forestié (60 ans). Le prénom ne correspond pas, mais l'âge, la profession et l'impossibilité de retrouver François ailleurs dans le recensement semblent confirmer l'hypothèse qu'il s'agit bien de lui.

Les âges sont tous cohérents, l'identité et l'état du père le sont aussi : Jean Combecave est dit "employé dans les impôts indirects, en retraite" lors du mariage de sa fille en 1829 et "pensionné de l'Etat" en 1851. Reste maintenant à retrouver l'acte de naissance de François...

Alors, 28 ou 29 août 1801 ? Ou peut-être aucune date parmi les deux ? Les registres de Duravel ne contiennent qu'un seul acte pouvant correspondre : Pierre et François Combecave, frères jumeaux nés du mariage de Jean et de Marianne Laval, sont nés à Duravel le 11 Fructidor an 9 (= 29 août 1801) et ont été déclarés le lendemain.

François Combecave était donc né le 29 août 1801 et s'est éteint le 2 octobre 1902 à l'âge de 101 ans et 34 jours.

Un grand merci à l'abbé Antoine Durengues (1860-1948) sans qui je serais encore en train de m'arracher les cheveux sur ce cas !
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marie Madeleine CHAUVIN (1781-1882), de Gassin (Var)

Message par Barti le Dim 7 Jan 2018 - 21:21

Cas découvert par Dany Chambre.

Le Petit Journal du 26 septembre 1882 annonce, sans beaucoup de précisions, la mort d'une certaine "Marie N." à Hyères dans le "quartier des Gassins" à l'âge de 102 ans.



Ce quartier n'existe pas, mais Gassin est en revanche une commune varoise située assez loin de Hyères, dans lequel on retrouve bien, à la même période, l'acte de décès d'une centenaire présumée : Marie Magdeleine Chauvin, veuve de Jean Joseph Tropez Gautier, âgée de cent un ans, née à Gassin, fille de Jean Baptiste Chauvin et de Marie Aliès, est décédée à Gassin le 3 septembre 1882.

Les recensements de cette commune permettent de retrouver notre bonne dame. Ainsi :
- En 1876, Marie Chauvin veuve Gautier (95 ans), vivait avec Charles Gautier (62 ans), sa femme Magdeleine Aubin (51 ans) et leur domestique italien Pierre Aquaronne (47 ans).
- En 1866, Marie Gautier (84 ans), "mère de Gautier Charles", vivait avec Charles Gautier (51 ans) et sa femme Madeleine Gautier (41 ans).
- En 1856, Marie Chauvin veuve Gautier (69 ans), "mère du chef de ménage", vivait avec Charles Gautier (42 ans), sa femme Magdelaine Aubin femme Gautier (30 ans) et leur fille Rosa Gautier (7 ans).
- En 1846, Marie Chauvin veuve Gautier (70 ans), vivait avec Charles Gautier "fils" (28 ans) qui était alors célibataire.
- En 1836, Marie Chauvin femme Gauttier (53 ans) vivait avec son époux Tropez Gauttier (61 ans) et leurs enfants Joseph (25 ans), Thomas (33 ans), Ferdinand (17 ans) et Jean Baptiste (13 ans).

Ce qu'on peut retenir de ces recensements :
- L'époux est décédé entre 1836 et 1846
- Marie Chauvin était domiciliée en 1846, 1856, 1866 et 1876 avec son fils Charles dont les différents âges déclarés semblent tous indiquer une naissance en 1814 ou 1815 (sauf en 1846 où l'année de naissance se situerait plutôt vers 1818)
- Les âges de la protagoniste fluctuent beaucoup dans les recensements les plus anciens. Ainsi, par rapport à son acte de décès, celui de 1836 la rajeunit de 2 ans, celui de 1846 la vieillit de 5 ans, celui de 1856 la rajeunit de 6 ans (on notera qu'elle est plus jeune en 1856 qu'en 1846...).

Difficile d'établir quelle est donc la date de naissance approximative de Marie. Dans leur ensemble, les recensements ne contredisent pas l'hypothèse que l'on soit en présence d'une vraie centenaire : l'un d'eux est en faveur d'un âge de 106 ans au décès, deux autres ne veulent pas franchir la barre des 100, et les deux plus récents sont cohérents avec l'acte de décès.

Jean Joseph Tropez Gautier, "époux de Chauvin Marie Magdeleine", est décédé à Gassin le 23 mars 1845, dans la fourchette de dates logique citée plus haut.

Charles Thomas Gautier, quant à lui, est né à Gassin le 7 décembre 1814 comme en attestait la majorité des recensements. Il est dit fils de Tropez Gautier et de Marie Chauvin, sans indication de l'âge des parents. Cela ne nous avance pas plus.

Finalement, c'est l'acte de mariage qui va lever le voile : Le 25 octobre 1802 à Gassin ont été unis Jean Joseph Tropez Guautier et Marie Madelaine Chauvin, née à Gassin le 12 novembre 1781, fille de Jean Baptiste et de Marie Allies.

Date de naissance confirmée (à peu près) par l'acte de baptême : Marie Madelaine Chauvin, fille de Jean Baptiste et de Marie Allies, a bien été baptisée le 12 novembre 1781 mais était "née le jour d'hier à [dix/deux?] heures du matin".

Notre centenaire était donc bien centenaire mais n'avait pas encore 101 ans révolus : Marie Madelaine/Madeleine/Magdeleine Chauvin est née le 11 novembre 1781 et est morte par conséquent à l'âge de 100 ans et 296 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jeanne ARBINET (1832-1934), de Bévy (Côte-d'Or)

Message par Barti le Sam 6 Jan 2018 - 23:03

L'Express du Midi du 4 décembre 1934 annonçait assez sobrement la mort, à 102 ans révolus, de "Mme Louis Arbinet" dans le village de Bévy.



L'acte de décès indique que Jeanne Arbinet, née à Bévy le 17 août 1832, fille de Jean Arbinet et Rose Pillet, veuve de Louis Arbinet, est décédée à Bévy le 2 décembre 1934. La déclaration du décès a été faite par son petit-fils Alfred Boiveaux (55 ans).

Les recensements de Bévy nous indiquent qu'il y vivait seule :
- En 1926, Jeanne veuve Arbinet, née à Bévy en 1832
- En 1911, Jeanne veuve Arbinet née Arbinet à Bévy en 1832

Louis Arbinet est quant à lui décédé à Bévy le 18 mai 1898. L'homme est dit "époux de Jeanne Arbinet, âgée de soixante cinq ans, vigneronne domiciliée audit Bévy".
L'un des déclarants était son gendre Louis Boiveaux (49 ans). On peut logiquement penser qu'il s'agit du père d'Alfred Boiveaux, déclarant du décès de sa grand-mère Jeanne 36 ans plus tard.

Leur mariage a été célébré à Bévy le 26 novembre 1854. Cet événement a scellé l'union de Louis Arbinet et de Jeanne Arbinet, vigneronne âgée de 22 ans, née à Bévy le 17 août 1832, fille de Jean Arbinet et de Rose Pillet.

Tous les documents concordent parfaitement et c'est donc sans risque que l'on peut admettre que l'acte de naissance de Jeanne, née et déclarée à Bévy le 17 août 1832 du mariage de Jean Arbinet et de Rose Pillet, est bien celui de notre centenaire.

Jeanne Arbinet a donc vécu 102 ans et 107 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marie Adélaïde ETRET (1783-1883), de Crézancy (Aisne)

Message par Barti le Sam 6 Jan 2018 - 0:30

Cas découvert par Dany Chambre.

Il m'a causé un peu de fil à retordre, non pas pour authentifier la longévité, mais pour déterminer quel était le réel nom de famille de cette dame.

Le Petit Journal du 13 mars 1883 annonçait sa mort en précisant qu'elle aurait atteint les 100 ans de justesse.



L'acte de décès confirme les données de l'article à savoir que Marie Adélaïde Létré, âgée de cent ans, veuve de Blaise Monnerat décédé à Reuilly-Sauvigny, née à Chartèves (Aisne) le 25 février 1783, fille de Marc Caprais Létré et de Claudine Fernier décédés à Chartèves, est décédée à Crézancy le 3 mars 1883. La déclaration du décès a été faite par Jean Lecart (67 ans), son neveu, chez qui elle demeurait.

Le lieu de trépas de l'époux nous amène tout droit vers son acte de décès : Blaise Monnera, âgé de 95 ans, né à Reuilly-Sauvigny le 13 mai 1868, "époux de Marie Adélaïde Caprais Etret, propriétaire, âgée de quatre vingt et un ans", est décédé à Reuilly-Sauvigny le 22 juillet 1863. L'âge de l'épouse correspond, mais son nom de famille semble avoir été très sérieusement amoché... ou pas ?

Les recensements de Reuilly-Sauvigny jettent un peu plus le doute sur ce nom de famille, mais l'âge lui, reste toujours super cohérent (et c'est bien là le principal) :

- En 1856, Blaise Monnera (88 ans), rentier et chef de ménage, vivait avec sa femme Adélaïde Etret (73 ans).
- En 1851, Blaise Monnera (83 ans), vivait avec Adélaïde Etret (68 ans).

Leur mariage a eu lieu à Reuilly-Sauvigny le 28 janvier 1818 : Blaise Monnera, 49 ans, a épousé Marie Adelaïde Caprais Etret, 35 ans, née à "Charteve", fille de Pierre Caprais Etret (décédé le 10 mars 1790 ; son acte de sépulture le nomme en réalité "Marc" Caprais Hetrait, et ce prénom s'accorde avec celui indiqué sur l'acte de décès de sa fille) et de Claudine Françoise Fermier (décédée le 17 Vendémiaire an 9). Le frère de l'épouse, "Louis Joseph Etret" est cité parmi les témoins.
Encore une fois, aucun problème avec l'âge ni avec la commune de naissance. Le nom de famille semble bien être "Etret" si l'on en croit l'identité du frère qui signe "Etret" et tous les autres documents recueillis jusqu'à présent (acte de décès excepté). Quant à "Caprais", qui serait donc bien le 2ème prénom de son père, serait alors aussi le 3ème prénom de notre présumée centenaire, ce qui serait assez bizarre étant donné qu'il s'agit d'un prénom masculin, mais pourquoi pas ?

Le mariage de ses parents nous confirme que "Caprais" est bien un prénom du père car le 24 novembre 1772 ont été unis à Chartèves Caprais Marc Etret, fils de Philippe Etret et de Berthe Gilbert, et Claudine Françoise Fernier. Plus de doute non plus sur le nom de famille : il s'agit bien de "Etret".

Reste à retrouver l'acte de baptême de notre héroïne : d'après les âges cohérents déclarés tout au long de sa vie et son identité présumée, un seul acte de baptême peut correspondre : Marie Adelaide, fille de Marc Caprais "Hétré" et de Claudine Fernier, est née et a été baptisée le 25 février 1783 à Chartèves. Point de "Caprais" dans le prénom de notre centenaire à contrario de celui de son père, donc je ne vois pas d'où peut bien provenir cette addition de prénom bizarre dont elle a été affublée dans son acte de mariage et l'acte de décès de son époux.

En fin de compte, il n'y a que son âge qui n'a jamais été sujet à controverse : Marie Adélaïde Etret a bien vécu 100 ans et 6 jours !
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Barbe DAMIN (1768?/1773-1868), de Lahaymeix (Meuse)

Message par Barti le Jeu 4 Jan 2018 - 22:41

L'acte de décès indique que Barbe Damin, âgée de cent ans, née à Commercy (Meuse), fille de François Damin et de Marie Anne Henriette, veuve de Jean Mangeot, est décédée à Lahaymeix le 3 mars 1868. Les déclarants étaient Jean Louis Ray (63 ans) et Jean-Louis Bichebois (23 ans), respectivement gendre et petit-fils de la défunte.

Jean Mangeot l'a précédée dans la tombe 45 ans plus tôt. En effet, son acte de décès précise que le "mary de Barbe Damin" s'est éteint à Lahaymeix le 6 février 1823 à l'âge de 53 ans.

Les époux se sont mariés à Commercy, ville de naissance de notre centenaire présumée, le 27 août 1799. Mais à la lecture de cet acte, il n'y a plus grand chose de présumé ! Il est effectivement écrit que Jean Mangeot a épousé Barbe Damin, née à Commercy le 11 mai 1773, fille de François Damin et de Marie Anne Henriette. Tout correspond... exceptée la date de naissance qui conférerait à Barbe cinq ans de moins !

Pourtant, il n'y a pas de coquille dans l'acte de mariage car l'acte de baptême est là et nous prouve que cette date de naissance est tout ce qu'il y a de plus correcte : Barbe, fille de François Damin et de Marie Anne Henriette, est née et a été baptisée le 11 mai 1773 en la paroisse Saint-Pantaléon de Commercy.

Il n'y a aucune centenaire ici mais Barbe Damin s'est tout de même éteinte à l'âge honorable pour l'époque de 94 ans et 297 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Antoinette Marie Adélaïde PETIN (1766-1868), de Saint-Omer (Pas-de-Calais)

Message par Barti le Jeu 4 Jan 2018 - 0:01

L'acte de décès indique que Antoinette Marie Adelaïde Petin, âgée de cent un ans onze mois et vingt jours, née à Saint-Omer, veuve de Louis François Marie Decroix, fille de Jacques Hubert Petin et de Marie Antoinette Josèphe Delattre, est décédée en son domicile de Saint-Omer, n°34 rue de Dunkerque, le 21 juillet 1868.
En marge de l'acte, il est indiqué d'une écriture différente que la concernée est née le 1er août 1766 à Saint-Omer, paroisse Saint-Sépulcre. Cette date de naissance correspondrait précisément à l'âge qui lui est attribué dans l'acte de décès.

Grâce à l'adresse, je parviens à retrouver notre présumée centenaire dans le recensement de 1856. Sur celui-ci, Adelaïde Petin veuve Decroix, rentière de 89 ans, vit avec Estelle Decroix (55 ans), Adèle Lourme (31 ans) et Joséphine Meullemestre (23 ans), sa domestique, toutes trois célibataires.
L'âge indiqué est cohérent avec une naissance le 1er août 1766. A noter que le nom de famille d'Estelle Decroix pourrait laisser penser qu'elle est apparentée à la doyenne du ménage.

Louis François Marie Decroix, quant à lui, a rendu l'âme le 26 juin 1836 à Saint-Omer. Sur son acte de décès, il est indiqué qu'il était "époux de Marie Antoinette Adelaïde Petin".

Dans les registres de naissance de Saint-Omer se trouve un acte intéressant : il s'agit de celui d'une fille du couple prénommée Esthel Fany Narcisse Decroix, née à Saint-Omer le 13 octobre 1800. Aucun doute : il s'agit bien d'Estelle Decroix qui vivait donc avec sa mère en 1856. La mention marginale présente sur son acte de décès "decedée à St Omer le 10 janvier 1886" conforte cette hypothèse.
Ce même acte comporte des informations non négligeables sur les parents : Le père étant "Louis François Marie Decroix [...] âgé de trente huit ans natif de cette ville" et la mère "Antoinette Adélaïde Petin, sa femme, âgée de trente cinq ans native de cette ville et y mariés".
Cela confirmerait donc que notre présumée centenaire est bien née à Saint-Omer et qu'elle aurait vu le jour vers 1765. Cet acte la vieillit d'1 an par rapport à l'acte de décès, ce qui est bon signe. On apprend également que le mariage eut lieu à Saint-Omer.

C'est en la paroisse Saint-Sépulcre, là où elle serait née, que mademoiselle Petin s'est mariée avec Louis François Marie Decroix le 21 juin 1785. Il est indiqué que "Marie Antoinette Adélaide Petain native de cette paroisse, agée de dix neuf ans" est la "fille de Jacque Hubert et de Marie Antoinette Josephe Delattre". Tout concorde une nouvelle fois, et on retrouve une nouvelle mention marginale apposée à l'acte, de la même écriture et de la même encre que celle apposée sur son acte de décès, qui stipule que "l'épouse" est "décédée à St Omer le 21 juillet 1868 à l'âge de 101 ans".

L'acte de baptême confirme toutes les informations dans le sens que Antoinette Marie Adelaide, fille de Jacques Hubert Petin et de Marie Antoinette Josephe Delattre, est née et a été baptisée en la paroisse Saint-Sépulcre de Saint-Omer le 1er août 1766. Toujours de la même écriture et de la même encre que tout à l'heure est apposée une mention marginale stipulant que la titulaire de l'acte est "décédée à St Omer le 21 juillet 1868 âgée de 102 ans". Difficile de louper l'info !

Je conclue de tout ceci qu'Antoinette Marie Adélaïde Petin s'est éteinte le 21 juillet 1868 à l'âge de 101 ans et 355 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marie Marguerite PROTIN (1751-1852), de Vraux (Marne)

Message par Barti le Mar 2 Jan 2018 - 23:03

L'acte de décès indique que Marie Marguerite Protin, âgée de cent deux ans, née à Vraux, veuve de Nicolas Regnault, fille de Charles Protin et de Marie Marguerite Mailly, est décédée à Vraux le 4 mai 1852. Les déclarants étaient Isidore Marie Regnault (49 ans) et Augustin Doucet (54 ans), "petits-fils de la défunte du côté maternel".

Un examen du lien de parenté via Geneanet m'a permis d'établir que les sieurs Regnault et Doucet étaient en fait ses petits-fils par alliance, ce que plusieurs documents ci-après viendront confirmer.

Le recensement de Vraux rédigé en 1851 permet de retrouver notre présumée centenaire : Marie Protin (100 ans), veuve, vivait alors avec sa belle-fille Marie Regnault (55 ans).

Il est possible de retrouver à Vraux quelques actes de décès d'enfants antérieurs au propre décès de Marie Marguerite. C'est ainsi que l'on apprend que :

- Marie Marguerite Julie Regnault, 68 ans, veuve de Pierre Isidore Coutiez, née à Vraux, est décédée à Vraux le 31 décembre 1850. Elle était la "fille de défunt Nicolas Regnault de leur vivant cultivateurs domiciliés en ladite commune, et de Marie Marguerite Protin, rentière au même lieu". L'un des déclarants était son beau-neveu Augustin Doucet (52 ans).
- Jean Baptiste Regnault, 70 ans, époux de Marie Catherine Jacquette Reine Terrier, est décédé à Vraux le 20 novembre 1846. Il était le "fils de défunt Nicolas Regnault de son vivant propriétaire, et de Marie Marguerite Protin rentière au même lieu". Les déclarants étaient ses gendres Isidore Marie Regnault (42 ans) et Augustin Doucet (48 ans).
- Louis Regnault, 68 ans, époux de Marie Regnault domiciliée à Vraux, est décédé à Vraux le 20 juin 1839. Il était le "fils de défunt Nicolas Regnault de son vivant cultivateur et de Marie Marguerite Protin, rentière, domiciliée en cette commune".

Ces 3 actes nous apprennent plusieurs choses :
- Bien que j'ai échoué à la retrouver sur les recensements de 1836 et 1846, Marie Marguerite Protin est à chaque fois sous-entendue vivante en qualité de rentière à Vraux.
- Isidore Marie Regnault et Augustin Doucet étant gendres de Jean Baptiste Regnault, ils étaient de ce fait mariés avec les filles de ce dernier, elles-mêmes nièces de Marie Marguerite Julie Regnault, ce qui faisait donc bien d'eux les petits-fils par alliance (et non petits-fils maternels) de Marie Marguerite Protin et les beaux-neveux de sa fille.
- La veuve de Louis Regnault, "Marie Regnault", était probablement la fameuse belle-fille avec qui vivait Marie Marguerite en 1851.
- Nicolas Regnault, défunt époux de Marie Marguerite, était déjà décédé le 20 juin 1839. On apprend dans l'acte de décès de sa fille qu'il était domicilié à Vraux : il y est donc probablement décédé.

En effet, l'acte de décès de Nicolas Regnault, 74 ans, indique que "l'époux en légitime mariage de Marguerite Protin" s'est éteint à Vraux le 7 janvier 1824.

Dans les registres paroissiaux de Vraux, on retrouve les actes de baptême des 3 enfants cités précédemment :

- Le 10 juillet 1782 est née Marie Margueritte Julie, fille de Nicolas Regnault et de Marie Margueritte Protin, "habitants dudit Vraux".
- Le 31 octobre 1776 est né Jean Baptiste, fils de Nicolas Regnault et de Marie Marguerite Protin, "habitans de ladite paroisse". La marraine fut "Marie Mailly femme de Charles Protin".
- Le 25 mars 1771 est né Louis, fils de Nicolas Regnault et de Marie Marguerite Protin, "habitans de laditte paroisse". Le parrain fut "Charles Protin laboureur son grand-père".

Il semblerait donc, à la lecture de deux de ces actes de baptême, que les identités des parents présumés de Marie Marguerite "Charles Protin" et "Marie Marguerite Mailly", figurant sur son acte de décès, soient correctes.

L'acte de mariage nous confirme bien la chose, à savoir que le 21 novembre 1769 à Vraux ont été épousés Nicolas Regnault et Marie Marguerite Protin, "agée d'environ dix neuf ans", fille de Charles Protin et de Marie Marguerite Mailly.

Pour la première fois depuis le recensement de 1851, l'âge de Marie Marguerite Protin est indiqué ! 19 ans en 1769 nous ramènerait à une naissance vers 1750 comme le sous-entendait l'acte de décès en la gratifiant de 102 ans en mai 1852.

Finalement, le seul acte de baptême pouvant correspondre à notre présumée centenaire est celui de Marie Marguerite, fille de Charle Protin et de Marie Marguerite Mailly, qui est née et a été baptisée à Vraux le 9 janvier 1751.

Tout est donc concordant pour dire que Marie Marguerite Protin est décédée le 4 mai 1852 à l'âge très extraordinaire pour l'époque de 101 ans et 116 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marie Thérèse MACHET (1778-1879), de Saint-Étienne-au-Temple (Marne)

Message par Barti le Lun 1 Jan 2018 - 22:19

Cas rapporté par Dany Chambre d'après les recherches d'Amédée Lhote.

L'acte de décès indique que Marie Thérèse Machet, âgée de cent ans, fille de défunts Claude Machet et Marie Anne Machet, veuve de Philbert Jesson, est décédée le 23 mars 1879 à Saint-Étienne-au-Temple. Les déclarants étaient son fils Denis Etienne Jesson (71 ans) et son petit-fils Théodule Vitry (49 ans).

5 recensements dépouillés permettent de retrouver à chaque fois notre présumée centenaire dans la commune de Saint-Étienne-au-Temple :

- En 1876, Thérèse Machet (98 ans), veuve, vivait avec Denis Jesson (69 ans) et sa femme Sophie Machet (67 ans).
- En 1866, M(a)r(i)e Thérèse Machet veuve Jesson (88 ans) vivait avec Denis Etienne Jesson (59 ans) et sa femme Sophie Machet (57 ans). On sait donc, par l'identité complète de Denis, qu'il était le fils qui a déclaré le décès de Marie-Thérèse, bien que les recensements ne le précisent pas.
- En 1856, Denis Etienne Jesson (49 ans) vivait avec sa femme Sophie Machet (47 ans) et la "mère des précédents" Marie Thérèse Machet veuve Jesson (78 ans). Le lien de parenté est cette fois-ci bien confirmé.
- En 1846, Thérèse Machet (67 ans), veuve, vivait avec Denis Etienne Jesson (39 ans), sa femme Sophie Machet (37 ans) et leurs deux filles Clementine et Almodie.
- En 1836, Thérèse Machet veuve Jesson (57 ans) vivait à côté ou avec Denis Etienne Jesson (29 ans), sa femme Sophie Machet (27 ans) et leurs deux filles Clementine et Almodie.

Dans chaque recensement, Marie-Thérèse fait partie d'un ménage différent de celui de son fils ou de sa belle-fille mais celle-ci vivait bien dans la même maison (il semblait y avoir à l'époque une distinction entre le ménage et l'ensemble des habitants d'une maison qu'il m'est difficile de définir vraiment). En 1836, les numéros de maison ne sont pas indiqués et il est donc impossible de savoir si Marie-Thérèse était voisine ou vivait sous le même toit que son fils, bien qu'il soit probable qu'ils partageaient déjà la même habitation.

Quoiqu'il en soit, les âges indiqués dans l'ensemble de ces documents suggèrent bien une naissance en 1778 ou 1779 et donc un statut de centenaire. On sait par ailleurs qu'en 1836, Denis Etienne Jesson était déjà marié et que Marie-Thérèse était déjà veuve.

Le mariage du fils a eu lieu à Saint-Étienne-au-Temple le 29 juin 1829. Sophie Machet avait ce jour-là épousé Denis Etienne Jesson, né à Saint-Étienne-au-Temple le 2 août 1807, fils de Philbert Sebastien Jesson décédé à Saint-Étienne-au-Temple le 20 juillet 1826 et de Marie Theresse Machet présente au mariage.

Conformément à ce qui était indiqué précédemment, on constate dans son acte de décès que Philbert Sébastien Jesson, "époux de Thérèse Machet", est bien décédé à Saint-Étienne-au-Temple le 20 juillet 1826.

Tout aussi conformément aux indications de l'acte de mariage, Denis Etienne, fils de Philbert Sebastien Jesson et de Marie Theresse Machet, est bien né à Saint-Étienne-au-Temple le 2 août 1807 selon son acte de naissance.

Le mariage de notre présumée centenaire a eu lieu à Saint-Étienne-au-Temple le 26 octobre 1802. Philbert Sebastien Jesson a ainsi épousé Marie Theresse Machet, âgée de 24 ans, née le 17 octobre 1778, fille de Claude Machet et de défunte Marie Anne Machet. La date de naissance indiquée est concordante avec les autres documents, et l'identité des parents est identique à celle de l'acte de décès.

Tout ceci est confirmé par l'acte de baptême : Marie Therese, fille de Claude Machet et de Marie Anne Machet, est née et a été baptisée à Saint-Étienne-au-Temple le 17 octobre 1778.

Marie Thérèse Machet veuve Jesson a donc vécu 100 ans et 157 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Anne GUILLAIN (1766?/1774-1868), de Sainte-Honorine-la-Chardonne (Orne)

Message par Barti le Dim 31 Déc 2017 - 20:13

Voici un cas d'usurpation d'identité tardive entre soeurs. J'ai comme une impression de déjà-vu. Wink

L'acte de décès indique que Marie Anne Marguerite Guillain, grabataire, âgée de cent un ans et trois mois, née à Sainte-Honorine-la-Chardonne, fille des défunts Jean Guillain et Marguerite Malhère, veuve de Nicolas Bouquerel, est décédée à Sainte-Honorine-la-Chardonne le 25 janvier 1868.

Jusqu'ici, tout va pour le mieux, mais lorsqu'on farfouille dans les derniers recensements, c'est déjà le drame !

- En 1866, Pierre Guillain, tisserand, vivait avec sa femme, son fils, sa fille, et sa tante Anne Guillain veuve Bouquerel âgée de... 93 ans ! Mince, elle aurait dû en avoir 99...
- En 1861, Anne Guillain veuve Bouquerel, dévideuse, vivait seule à côté de chez Pierre Guillain, sa femme, son fils et sa fille dont les identités sont identiques ou très semblables au recensement de 1866. Il s'agit donc bien de notre bonne femme qui est cette fois-ci dite âgée de 87 ans. Mince, elle aurait dû en avoir 94...

Nicolas Bouquerel est quant à lui décédé à Sainte-Honorine-la-Chardonne le 31 mai 1844. Sur son acte de décès, il est dit âgé de 64 ans et "marié à Anne Guillain domiciliée dans cette commune".

Pour l'instant, seul l'acte de décès d'Anne la désigne par sa pseudo-identité complète, et les deux recensements ne semblent pas vraiment corroborer le fait que l'on soit en présence d'une vraie centenaire...

L'acte de mariage va finir de nous achever. En effet, le 5 juin 1804 à Sainte-Honorine-la-Chardonne ont été épousés Nicolas "Boucrel" et Anne Guillain, âgée de trente ans, née à Sainte-Honorine-la-Chardonne le 3 juin 1774, fille de Jean Guillain et de Margueritte Malhere. Les noms des parents correspondent mais la date de naissance inscrite dans l'acte la rajeunit de façon à cohérer avec les recensements et à enlever tout espoir sur son état de centenaire. On notera par ailleurs que la mariée est toujours appelée "Anne".

Selon l'acte de baptême associé à la dernière date citée, Marie Anne Guislain (qui aurait donc abandonné tôt son premier prénom), fille de Jean Guislain et de Margueritte Malhere, est née le 2 juin 1774 et a bien été baptisée le lendemain. La certitude est maintenant entière : une centenaire ? Circulez, y'a rien à voir !

Mais alors, comment expliquer cet âge semi-précis présent sur l'acte de décès et aussi ce 3ème prénom "Marguerite" ? Un examen des registres de baptême de Sainte-Honorine permet de comprendre : Le 3 novembre 1766, soit 101 ans et 3 mois avant le décès d'Anne, est née des mêmes parents (Jean Guislain et Margueritte Malhere) une fille nommée Marie Anne Margueritte. L'âge de l'acte de décès était donc fondé sur l'acte de baptême d'une soeur ! A noter que l'usurpation est intervenue très tardivement car deux ans avant le décès d'Anne, celle-ci continuait de déclarer son véritable âge dans les recensements.

Malgré mon impossibilité de retrouver l'acte de décès de la soeur (j'avoue que je n'ai pas cherché beaucoup car ce n'était pas très utile), tout est bon (ou mauvais) pour indiquer qu'Anne Guillain est morte à l'âge de seulement 93 ans et 237 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Françoise JUNJAUD (1834-1936), de Naillat (Creuse)

Message par Barti le Sam 30 Déc 2017 - 19:25

Voici une contemporaine concitoyenne de Marguerite Boussardon découverte fortuitement par Cyril dans les TSA de Dun-le-Palestel. (y'en a qui ont de la chance)

L'acte de décès indique que Françoise Junjaud, née à Naillat le 22 octobre 1834, fille de François Junjaud et de Geneviève Réjaud, veuve de Jean Réjaud, est décédée à Naillat le 19 avril 1936. Le déclarant est un certain Charles Dupeux, âgé de 39 ans, domicilié aux Aires (hameau de Naillat).

Sur l'acte de décès de Jean Réjaud, il est indiqué que "l'époux de Françoise Junjaud" s'est éteint à Naillat le 28 mars 1911 à l'âge de 80 ans, étant né à Naillat le 7 juillet 1830.

Le recensement de 1901 à Naillat permet d'y retrouver Jean Réjaud (71 ans) qui vivait à l'époque avec sa femme Françoise Junjaud (66 ans), son gendre Valéry Parotin qui a déclaré son décès, ses deux-filles Marie Réjaud (40 ans) et Léonie Réjaud (38 ans) ainsi que son petit-fils Jules Parotin (15 ans).

Leur mariage a eu lieu à Naillat le 15 février 1855. Jean Réjaud, 24 ans, dont la date de naissance diffère de 2 mois par rapport à celle indiquée sur son acte de décès, a épousé Françoise Junjaud, 20 ans, née à Naillat le 22 octobre 1834, fille de François Junjaud et de Geneviève Réjaud.

Tous les documents récupérés jusqu'à présent (acte de décès, recensement de 1901, acte de mariage) concordent au niveau de la date de naissance de l'épouse. Son acte de naissance confirme tout ceci : Françoise, née du mariage de François Junjaud et de Geneviève Rejaud, a vu le jour à Naillat le 22 octobre 1834 et a été déclarée le lendemain.

Passons, pour finir, au lien familial que possédaient Françoise et Charles Dupeux, le déclarant de son décès. Il n'est pas précisé dans l'acte mais on peut facilement le retrouver grâce aux registres. Premièrement, l'âge et l'identité de ce dernier permettent de mettre la main sur son acte de naissance très probable : Charles Jules Dupeux, fils de Théodor Dupeux et de Cé[?] Rejaud (le prénom est coupé), petit-fils de Jean Rejaud (67 ans, témoin de la naissance), est né à Naillat le 20 novembre 1897. Or, ses parents semblent s'être mariés à Naillat le 11 février 1879 : ce jour-là ont été unis Théodore Dupeux et Anne Françoise Célestine Réjaud (le prénom coupé indiqué dans l'acte de naissance du fils était donc probablement Célestine), fille des vivants Jean Réjaud et Françoise Junjaud. Le grand-père cité dans l'acte de naissance était l'époux de Françoise Junjaud, laquelle était donc la grand-mère de Charles Dupeux !

Avec ce lien de parenté et les différents autres documents recueillis, nul doute que Françoise Junjaud est décédée à l'âge de 101 ans et 180 jours.

Merci Cyril : tes deux découvertes fortuites sont un succès !
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Ça s'arrose avec ...un p'tit vin blanc !

Message par Arno le Sam 30 Déc 2017 - 0:52

Barti a écrit:
Arnaud56 a écrit: La Montagne

Lina Margy, de son vrai nom Marguerite Verdier, naquit le 12 avril 1909 à Bort-les-Orgues (19). Elle fut une chanteuse notamment connue pour les titres "Ah le petit vin blanc" et "Voulez-vous danser Grand-Mère ?" (repris par Chantal Goya trois décennies plus tard)
L'article mentionne que Lina Margy a chanté pour les cent ans de sa grand-mère le 15 mai 1958, laquelle fut ensuite à 107 ans doyenne des Corréziennes. Avez-vous une idée sur l'identité de cette personne ? 

Toutes mes félicitations pour cette découverte !

La page 31 du pdf ci-dessous nous apprend que la grand-mère en question se nommait Léonarde Coudert, veuve de Guillaume Verdier. Il s'agissait de sa grand-mère paternelle.
Elle est morte à Bort-les-Orgues le 20 mars 1965 à l'âge de 106 ans et 10 mois. Nul doute qu'elle était parmi les doyennes de France à sa mort.

Racines en Corrèze - Décembre 2013
Eh bien, voilà des découvertes qui font plaisir. Bravo d'avoir trouvé ce pdf aussi vite ! Tu dois avoir une belle liste d'adresses de sites web.
En tous cas, elle n'était pas doyenne de France en mars 1965 au moins devancée par Marie Vallée née Billard.

Merci également pour la validation du centenaire sinagot.
avatar
Arno
Admin

Messages : 1903
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 51
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

François QUESTER (1819-1919), de Séné (Morbihan)

Message par Barti le Sam 30 Déc 2017 - 0:10

Cas découvert par notre ami Arnaud, cette fois.

Un article non sourcé et non daté rapporte les célébrations, à Séné, du centenaire de M. François Quester qui serait né en cette même commune le 4 avril 1819, lequel vivait alors avec ses deux filles.



L'acte de décès indique que François Quester, né à Séné le 4 avril 1819, fils de Vincent Quester et d'Anne Alanioux, veuf de Marie Hélène Guyodo, est décédé à Séné le 9 août 1919.

On retrouve le ménage Quester dans le recensement de Séné de 1911. Le chef de ménage, François, né en 1819, vivait alors avec ses deux filles ostréicultrices Madeleine (née en 1858) et Marie Anne (née en 1868).

En 1901, François Quester (82 ans) vivait avec son épouse Hélène Guyodo (76 ans), ses filles Madeleine (41 ans) et Marie Anne (31 ans) ainsi que son fils Louis (29 ans).

Marie Hélène Guyodo serait donc morte entre 1901 et 1911. Or, les registres de Séné sont numérisés jusqu'en 1905 et l'acte de décès demeure introuvable. Sa mort serait donc survenue entre 1906 et 1911.

Grâce aux années de naissance des filles de François, il m'est très facile de retrouver leurs actes de naissance :

- Marie Anne Elisa, fille de François Quester (50 ans) et Marie Hélène Guyodo (42 ans), est née et a été déclarée à Séné le 5 août 1868. Cette dernière est décédée à Nantes le 16 janvier 1961 selon la mention marginale apposée sur le document.
- Marie Magdeleine, fille de François Quester (41 ans) et Marie Hélène Guyodo (33 ans), est née le 15 octobre 1858 à Séné et a été déclarée le surlendemain.

Le mariage du couple a été célébré à Séné le 18 septembre 1855. Marie Hélène Guyodo s'est ce jour-là unie à François Quester, âgé de 36 ans, né à Séné, fils de Vincent Quester et d'Anne Alanioux.

Seuls l'article et l'acte de décès mentionnent une date de naissance exacte qui serait donc le 4 avril 1819. Néanmoins, tous les documents sont cohérents et suggèrent la véracité de cette information. François Quester serait même vieilli d'1 an dans l'acte de naissance de Marie Anne Elisa et de 2 ans dans celui de Marie Magdeleine.

Finalement, le seul acte de naissance pouvant correspondre confirme son statut de centenaire et la date de naissance ci-dessus mentionnée : François, fils de Vincent Quester et d'Anne Allanioux, est né et a été déclaré à Séné le 4 avril 1819.

François Quester est donc bien mort à l'âge de 100 ans et 127 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Grand-mère de Lina Margy

Message par Barti le Ven 29 Déc 2017 - 20:15

Arnaud56 a écrit: La Montagne

Lina Margy, de son vrai nom Marguerite Verdier, naquit le 12 avril 1909 à Bort-les-Orgues (19). Elle fut une chanteuse notamment connue pour les titres "Ah le petit vin blanc" et "Voulez-vous danser Grand-Mère ?" (repris par Chantal Goya trois décennies plus tard)
L'article mentionne que Lina Margy a chanté pour les cent ans de sa grand-mère le 15 mai 1958, laquelle fut ensuite à 107 ans doyenne des Corréziennes. Avez-vous une idée sur l'identité de cette personne ?

 

Toutes mes félicitations pour cette découverte !

La page 31 du pdf ci-dessous nous apprend que la grand-mère en question se nommait Léonarde Coudert, veuve de Guillaume Verdier. Il s'agissait de sa grand-mère paternelle.
Elle est morte à Bort-les-Orgues le 20 mars 1965 à l'âge de 106 ans et 10 mois. Nul doute qu'elle était parmi les doyennes de France à sa mort.

Racines en Corrèze - Décembre 2013
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La Grand-mère de la chanteuse Lina Margy

Message par Arno le Ven 29 Déc 2017 - 19:58

La Montagne

Lina Margy, de son vrai nom Marguerite Verdier, naquit le 12 avril 1909 à Bort-les-Orgues (19). Elle fut une chanteuse notamment connue pour les titres "Ah le petit vin blanc" et "Voulez-vous danser Grand-Mère ?" (repris par Chantal Goya trois décennies plus tard)
L'article mentionne que Lina Margy a chanté pour les cent ans de sa grand-mère le 15 mai 1958, laquelle fut ensuite à 107 ans doyenne des Corréziennes. Avez-vous une idée sur l'identité de cette personne ?

 
avatar
Arno
Admin

Messages : 1903
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 51
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marie SEGUIN (1826-1927), de Saint-Jean-de-Bœuf (Côte-d'Or)

Message par Barti le Jeu 28 Déc 2017 - 19:18

Anne Seguin, qui est morte à 104 ans en 1933, avait une sœur aînée également décédée centenaire.

L'acte de décès indique que Marie Seguin, née à Saint-Jean-de-Bœuf le 26 mars 1826, fille d'André Seguin et Marie Seguin, veuve de Joseph Pouët, est décédée à Saint-Jean-de-Bœuf le 3 avril 1927.
Le décès a été déclaré par Cyr Pouët, son fils âgé de 61 ans.

Joseph Pouët est mort à Saint-Jean-de-Bœuf le 12 novembre 1911 à l'âge de 84 ans. Il est précisé sur l'acte qu'il est né le 19 mars 1827 à Maure en Ille-et-Vilaine : un endroit décidément bien éloigné de son lieu de décès. Son statut marital n'est pas précisé, mais on peut être certains de son identité grâce à celle de son fils déclarant, Cyr Pouët qui, 16 ans plus jeune qu'au décès de sa mère, accusait à l'époque 45 ans.

Peu de temps auparavant avait été rédigé le recensement de 1911. On y retrouve sans surprise le ménage Pouët composé de Joseph (né en 1827 à Maure), sa femme Marie (née en 1826 à Saint-Jean-de-Bœuf) et son fils Cyr (né en 1866 à Paris).

Le lieu de naissance du fils semble déterminer que Joseph et Marie se sont connus dans la capitale et que le couple est ensuite venu vivre dans la commune de naissance de l'épouse.

L'acte de naissance de Cyr Joseph Pouët, fils de Joseph Guillaume Pouet et de Marie Seguin qui étaient tous deux âgés de 39 ans, indique qu'il est né le 23 février 1866 dans le 14ème arrondissement où ses parents résidaient à l'époque.

Le mariage a été célébré dans le 2ème arrondissement le 15 octobre 1864. Joseph Guillaume Pouet, né à Maure le 19 mars 1827, a ainsi épousé Marie Seguin, née à Saint-Jean-de-Bœuf le 26 mars 1826, fille d'André Seguin et de Marie Seguin. L'épouse était alors cuisinière à Paris.

Les âges et dates indiqués dans les 4 documents sont parfaitement cohérents. L'acte de naissance de notre centenaire confirme tout ceci : Marie, fille d'André Seguin et Marie Seguin, est née et a été déclarée à Saint-Jean-de-Bœuf le 26 mars 1826.

Marie Seguin ne détient pas le record de longévité de sa famille mais s'est tout de même éteinte à l'âge de 101 ans et 8 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Dossier de légion d'honneur de Louis Garnier

Message par Barti le Jeu 28 Déc 2017 - 18:50

Base Leonore
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Camille Vialars épouse Bazille (1821 - 1928 ?)

Message par Barti le Jeu 28 Déc 2017 - 17:18

Arnaud56 a écrit:
 Rivage de bohème

Il fallait en fait mettre le point d'interrogation sur l'autre date car si Camille est bien née en 1821, elle est en fait décédée en 1908, ainsi qu'en attestent les tables de successions de Montpellier pour la même année.

Ça explique pourquoi je n'ai jamais entendu parler d'elle...

Le rédacteur de cette page semble avoir basé ses déclarations sur une source foireuse !
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Camille Vialars épouse Bazille (1821 ?- 1928)

Message par Arno le Jeu 28 Déc 2017 - 2:57


 Rivage de bohème
avatar
Arno
Admin

Messages : 1903
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 51
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Louis GARNIER (1757-1858), de Saint-Romain-sous-Versigny (Saône-et-Loire)

Message par Barti le Mer 27 Déc 2017 - 20:11

Voici un centenaire remarquable, pas seulement par son âge, mais essentiellement par la profession qu'il exerçait.

L'acte de décès indique que Louis Garnier, veuf de Dominique Laumonier, âgé de cent ans et cinq mois, né à Perrecy-les-Forges (Saône-et-Loire), fils des défunts Louis Garnier et Marie Duvernois, maire de Saint-Romain-sous-Versigny, est décédé en cette même commune le 25 février 1858.
Alors que Marcel Berthomé, le doyen actuel des maires de France est âgé de 95 ans, et que Roger de Lattre de Tassigny (1855-1956) était jusque là considéré comme le premier maire centenaire de France, il semblerait que le premier soit loin du record toutes époques et que le dernier ait eu un homologue un siècle auparavant. Reste encore à authentifier l'âge de Louis Garnier pour en être certain. Celui-ci devrait être né vers le mois de septembre 1757.

Les recensements de Saint-Romain-sous-Versigny permettent de trouver 5 occurrences pour notre bonhomme avant son décès :

- En 1856, Louis Garnier (98 ans), veuf, "propriétaire et maire", vivait avec ses deux domestiques Hipolite Bailly et Annette Bouillin.
- En 1851, Louis Garnier (93 ans), veuf, "propriétaire et maire", vivait déjà avec ses deux domestiques Hipolite Bailly et Anne Bouillin.
- En 1846, Louis Garnier (88 ans), veuf, "maire", vivait avec sa petite-fille Françoise Cottenet et ses deux domestiques Hipolite Bailly et Marie Baucansaud.
- En 1841, Louis Garnier, "propriétaire et maire" vivait avec sa femme Dominique Aumonier, son fils Pierre Garnier, la femme de ce dernier, deux fils de ce dernier et des domestiques dont Françoise Cottenet, cuisinière, qui est citée comme sa petite-fille en 1846.
- En 1836, Louis Garnier (79 ans), "maire", vivait avec Dominique Laumonier femme Garnier (63 ans), son fils Pierre Garnier (27 ans) et ses deux domestiques Hipolite Bailly et Anne Caillier.

Les âges cités dans les recensements sont tous cohérents pour militer vers une naissance en fin 1757. On apprend également que l'épouse est décédée entre 1841 et 1846, et que Louis était déjà maire en 1836.

L'acte de décès de Dominique Laumonier indique qu'elle est morte à Saint-Romain-sous-Versigny le 23 janvier 1843 à l'âge de 71 ans, "mariée à Louis Garnier maire et propriétaire au même lieu", fille de François et de Dominique L'Henri et née à Palinges. Le décès a été déclaré par Pierre Garnier, son fils de 30 ans, vraisemblablement celui qui apparaît dans les recensements de 1836 et 1841.

Les âges déclarés de Pierre Garnier en 1836 et 1843 ne sont pas cohérents entre eux. Selon le premier document, il serait né vers 1809. Selon le second, il serait plutôt né vers 1813. L'acte de naissance confirme l'âge indiqué dans le recensement car Pierre Garnier, fils de Louis Garnier et Dominique Laumonier, est né à Saint-Romain-sous-Versigny le 26 avril 1809. L'âge des parents n'est pas indiqué sur l'acte.

Pierre Garnier était bien loin d'être le premier fils né du couple car on peut trouver dans les registres paroissiaux de Saint-Romain-sous-Versigny l'acte de baptême d'un certain Louis Garnier, fils de Louis Garnier et Dominique Laumonier, qui est né le 1er août 1786. Cet acte pose une question majeure : si Dominique Laumonier avait 71 ans en 1843 et 63 ans en 1836, elle serait donc née vers 1772/1773. Aurait-elle donc eu 14 ans à la naissance de son fils ? Cet acte de baptême semble confirmer qu'il s'agit bien du bon couple car les parrain et marraine étaient Louis Garnier et Dominique L'Henry qui pourraient donc être respectivement le père de Louis Garnier et la mère de Dominique Laumonier. Aurions-nous ici un nouveau record avec ce couple ?

C'est dans la paroisse de Chassy, une commune voisine, que l'on retrouve l'acte de mariage des deux époux célébré le 1er février 1785. Louis Garnier, marchand à Saint-Romain-sous-Versigny, fils majeur de Louis Garnier et de Marie Duvernois, a ainsi épousé Dominique Laumonier, fille mineure de François Laumonier et Dominique L'Henry. L'acte corrobore absolument toutes les informations recueillies jusqu'à présent. Si l'âge des époux n'est pas clairement indiqué, on peut déterminer grâce à l'utilisation des termes "majeur" et "mineure" que Louis Garnier était âgé de + de 25 ans et Dominique Laumonier était âgée de moins de 25 ans. L'époux serait donc né avant février 1760 et l'épouse après cette date.

L'examen des registres paroissiaux de Perrecy et Palinges permettent de retrouver les seuls actes de baptême possibles pour nos deux époux. Ainsi :
- Jean Louis, fils de Louis Garnier et de Marie Duvernois, est né à Perrecy le 25 septembre 1757 et a été baptisé le 27 du même mois.
- Dominique, fille de François Laumonier et de Dominique l'Henry, est née et a été baptisée à Palinges le 2 janvier 1772.

Ces actes permettent de déduire deux choses : Jean Louis Garnier, qui a abandonné son premier prénom avant son mariage, était bien centenaire à sa mort, et Dominique Laumonier n'était âgée que de 13 ans et 1 mois à son mariage ! Bien que la limite légale de l'âge au mariage pour une fille dans l'Ancien Régime était de 12 ans, ce genre d'union précoce demeurait très rare.

Louis Garnier devient donc le plus ancien maire de France connu à être mort centenaire dans l'exercice de ses fonctions en ayant atteint l'âge de 100 ans et 153 jours en 1858.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Marie Jeanne Eulalie MILLON (1812-1913), de Piney (Aube)

Message par Barti le Mar 26 Déc 2017 - 23:22

L'Express du Midi du 20 août 1912 annonçait le 100ème anniversaire, à Piney, de Mme veuve Caillat. Le lien de parenté avec notre précédente centenaire est clairement évoqué.



L'acte de décès indique que Marie Jeanne Eulalie Millon, née à Piney le 19 août 1812, fille de Claude Gabriel Millon et de Marie Germaine Person, veuve de Pierre Caillat, est décédée à Piney le 5 mars 1913. Tout comme Reine Arnoult, c'est Auguste Millon, âgé de 76 ans à l'époque, qui a déclaré son décès. Ce dernier est dit "neveu de la défunte".

Ces premiers renseignements mettent à jour le lien de parenté entre Mme veuve Millon et Mme veuve Caillat : en effet, les parents de Marie Jeanne Eulalie Millon étant les mêmes que ceux d'Etienne Théodore Millon, le défunt mari de Reine Arnoult, ceux-ci étaient frère et soeur. Reine Arnoult était donc bien la belle-soeur d'Eulalie, et cette dernière était bien la tante d'Auguste Millon.

On retrouve notre nouvelle centenaire dans le recensement de Piney en 1911, exactement dans le même ménage que celui qui a été évoqué hier, à savoir qu'Eulalie Caillat, née à Piney en 1812, vivait avec son neveu Auguste Millon, lequel résidait également avec sa femme Octavie et sa mère Reine Millon.

Quant à Pierre Caillat, qui était donc le beau-frère d'Etienne Théodore Millon, celui-ci a été cité plusieurs fois dans le compte-rendu d'hier. Il a premièrement assisté à son mariage le 27 novembre 1832, en tant que beau-frère de l'époux, et a ensuite déclaré son décès, exactement 15 ans plus tard, le 27 novembre 1847.
Ces deux informations permettent d'en dégager deux autres : En effet, on peut en conclure que Pierre Caillat et Marie Jeanne Eulalie Millon étaient déjà mariés le 27 novembre 1832 et que Pierre était toujours en vie le 27 novembre 1847.

Il est à noter que Pierre Caillat a eu la chance de vivre bien plus longtemps que son beau-frère. Son acte de décès précise effectivement que l'époux "en secondes noces de Marie Jeanne Eulalie Millon" est décédé à Piney le 13 août 1889 à l'âge de 83 ans. Sur l'acte, il est indiqué que son épouse était âgée de 76 ans et qu'elle était née et domiciliée à Piney. L'âge et le lieu de naissance sont cohérents avec les indications de son acte de décès.

Leur mariage a été célébré à Piney le 22 novembre 1831. Pierre Caillat a ainsi épousé Marie Jeanne Eulalie Millon, née à Piney le 21 août 1812, fille de Claude Gabriel Millon et de Marie Germaine Person. A nouveau, les informations concernant l'épouse sont cohérentes, au détail qu'elle ne serait pas née le 19 août mais le 21 si on devait en croire cet acte de mariage.

Cependant, son acte de naissance, dressé le 22 août 1812, précise bien que Marie Jeanne Eulalie, fille de Claude Gabriel Millon et de Marie Germaine Person, est née à Piney "le dix neuf du present mois".

Marie Jeanne Eulalie Millon a donc vécu un peu moins longtemps que sa belle-soeur mais s'est tout de même éteinte à l'âge de 100 ans et 198 jours.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Reine ARNOULT (1810-1911), de Piney (Aube)

Message par Barti le Lun 25 Déc 2017 - 12:45

Joyeux Noël ! Je reprends maintenant le flambeau avec une bonne majorité de nouveaux centenaires des temps anciens, en commençant par celle(s)-ci :

L'Est Républicain du 23 août 1911 nous informe du décès, à Piney, de Mme Reine Arnoult veuve Millon, dans sa 102ème année (autrement dit à l'âge de 101 ans révolus).



L'acte de décès indique que Reine Arnoult, âgée de cent un ans, née à Vendeuvre-sur-Barse (Aube) le 20 avril 1810, veuve d'Etienne Théodore Millon décédé à Piney, fille de Jean Baptiste Arnoult et de Marianne Crosette, est décédée à Piney le 19 août 1911.
Les déclarants du décès étaient son fils Pierre Auguste Millon (75 ans) et son petit-fils Octave Auguste Valentin Millon (40 ans).

Le recensement de 1911 à Piney, dressé peu avant le décès de notre présumée centenaire, précise qu'elle est née en 1810 à Vendeuvre-sur-Barse et qu'elle était la mère d'Auguste Millon (né en 1836 à Vendeuvre-sur-Barse) qui vivait avec elle en ménage ainsi qu'avec Octavie Millon (née en 1847 à Piney) et Eulalie Caillat (née en 1812 à Piney), respectivement épouse et tante du chef de ménage.

Le décès d'Etienne Théodore Millon, "epoux de Reine Arnoult" remonte très loin, au 27 novembre 1847 à Piney. Le pauvre homme est mort à l'âge de 39 ans, et sa femme serait donc restée veuve pendant 64 ans. Le déclarant du décès est un certain Pierre Caillat, âgé de 42 ans.

Le recensement de 1911 indiquant que le fils était né à Vendeuvre, c'est dans cette même commune que je parviens à retrouver le couple dans le recensement de 1836 : Et(ienn)e Théodore Millon, meunier de 27 ans, y vivait avec Reine Arnoult, âgée de 26 ans, et une certaine Germaine Théodorine Millon, âgée de 2 ans et 6 mois, qui était très probablement leur fille.

L'acte de naissance d'enfant qui nous intéresse le plus reste celui de Pierre Auguste Millon qui a déclaré le décès de sa mère en 1911, et dont il est précisé qu'il est né à Vendeuvre le 28 août 1836, fils d'Etienne Théodore Millon et de Reine Arnoult. Tout concorde avec les indications données par le recensement de 1911.

Le mariage des deux époux a eu lieu à Vendeuvre le 27 novembre 1832 : Etienne Théodore Millon, fils de Claude Gabriel Millon et de Germaine Person, a ainsi épousé Reine Arnoult, "âgée de vingt deux ans sept mois six jours", née à Vendeuvre le 20 avril 1810, fille de Jean Baptiste Arnoult et de Marie Anne Crossette. On retrouve cité parmi les témoins Pierre Caillat, âgé de 27 ans, "beau-frère dudit époux" qui a déclaré le décès de ce dernier 15 ans plus tard. Cette information est à garder pour la suite.

Globalement, tous les renseignements donnés par les documents cités sont cohérents et il n'y a aucun doute que l'acte de naissance de Rainne, fille de Jean Baptiste Arnoult et de Marianne Crosette, née le 20 avril 1810 à Vendeuvre, est bien celui de notre centenaire.

Reine Arnoult a donc vécu 101 ans et 121 jours.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là : la fameuse belle-soeur de 99 ans citée dans l'article de l'Est Républicain est elle aussi morte centenaire ! Elle sera à l'honneur dans le compte-rendu de demain.
avatar
Barti
Admin

Messages : 817
Date d'inscription : 11/08/2014
Age : 20
Localisation : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Antoine Barthélemy RAVINET (1817-1917) de Sarras (Ardèche)

Message par Cyril le Dim 24 Déc 2017 - 13:59

D'après son acte de décès, Antoine Barthélemy Ravinet, né à Sarras le 16/02/1817, fils de feus Jean Antoine Ravinet et Marguerite Seux, veuf de Marie Magdeleine Perret, est décédé le 27/04/1917 au chef-lieu de la commune de Sarras. Le premier comparant était son petit-fils Ambroise Tracol (46 ans), de Sarras.

Les recensements à Sarras permettent de retracer la majeure partie de la vie de notre présumé centenaire :
- En 1911, Barthelemy Ravinet, 93 ans, né à Sarras, vivait dans le quartier des écoles et de la mairie, en compagnie d'une domestique.
- En 1896, Barthelemy Ravinel, 78 ans, vivait à Revirand avec son épouse Madeleine Peret (78 ans). Les tables des successions et des absences indiquent que Marie Madeleine Perret, femme de Barthélémy Ravinel, est décédée le 15/02/1903 à Sarras, à l'âge déclaré de 86 ans, et que son héritière était "sa fille unique".
- En 1886, Barthélemy Ravinel, 65 ans, vivait au Gérin avec son épouse Madeleine Perret (64 ans).
- En 1876, Barthelemy Ravinel, 60 ans, né à Sarras, vivait dans le quartier du Gérin avec son épouse Magdeleine Perret (60 ans, née à Sarras) et un domestique.
- En 1866, Barthélemy Ravinet, 47 ans, vivait dans le quartier du Gérin avec son épouse Madeleine Perret (49 ans), leur fille célibataire Josephine Ravinet (15 ans) et une nièce. Leur fille unique, après avoir épousé Claude Ambroise Tracol le 19/05/1870 à Sarras, a donné naissance à Joseph Ambroise Tracol [futur comparant au décès de son grand-père] le 29/06/1871 à Sarras.
- En 1856, Barthelemi Ravinel, 39 ans, vivait dans le quartier du Gérin avec son épouse Madeleine Perret (39 ans) et leur fille Josephine Ravinel (5 ans). Cette dernière, née le 08/12/1850 à Sarras, avait reçu les prénoms de Marie Madeleine Joséphine, ses parents étant dénommés Barthelemy Jean Antoine Ravinet (34 ans) et Madeleine Perret (34 ans) sur l'acte de naissance.
- En 1846, c'est chez son père veuf J(ea)n Antoine Ravinel (57 ans), que vivait Antoine Ravinel, 31 ans, avec son épouse Madelon Perret (29 ans), leur fils J(ea)n A(n)t(oi)ne (2 ans) et un nourrisson. Jean Antoine Ravinet n'a jamais connu sa petite sœur Joséphine, puisqu'il a vécu du 20/04/1844 au 05/02/1850 [son père avait déclaré être âgé de 27 puis de 33 ans à sa naissance et à son décès].

C'est le 12/11/1841 à Sarras qu'a été célébré le mariage d'Antoine Barthelemi Ravinet (23 ans), né à Sarras, fils de vivant Jean Antoine Ravinet et de feue Marguerite Seux, avec Marie Magdeleine Perret (24 ans), née à Sarras.

Même si l'âge d'Antoine Barthélemy Ravinet oscille tout au long de sa vie, il reste toujours globalement cohérent avec la date de naissance annoncée dans son acte de décès. L'acte de naissance correspondant est donc bien le sien : Antoine Barthelemy, fils de Jean Antoine Ravinet (29 ans) et Marguerite Sceux, est ainsi né le 16/02/1817 à Sarras.

Par conséquent, Antoine Barthélemy Ravinet est décédé à l'âge de 100 ans et 70 jours.

Il s'agit du 5ème centenaire validé le plus ancien à être décédé en Ardèche.
avatar
Cyril
Admin

Messages : 386
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 35
Localisation : Finistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Investigations sur de possibles grands centenaires français décédés (anciens et modernes)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 38 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 22 ... 38  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum