Recherches sur la longévité

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La mort naturelle existe-t-elle ?

Message par Arnaud56 le Mer 25 Déc 2013 - 15:32



Dans les pays industrialisés, le nombre des centenaires augmente environ 8 fois plus vite que la population mondiale ? Ces grands vieillards se maintiennent fréquemment en bonne santé apparente jusqu’à leur décès, ce qui laisse penser que les centenaires meurent en bonne santé, en raison simplement de leur grand âge. Les rares données jusque-là disponibles sur l’identification par autopsie des causes de décès chez des personnes de cet âge concernaient essentiellement des patients hospitalisés. Aussi une équipe de l’université de Vienne a-t-elle tiré profit du nombre important d’autopsies pratiquées au sein de leur Institut Médico-légal pour extraire les données concernant les centenaires morts de cause naturelle en dehors de l’hôpital.A partir d’une série de 42 398 autopsies effectuées sur une période 18 ans, les données de 40 centenaires (11 hommes et 29 femmes), décédés à leur domicile et âgés de 100 à 108 ans ont été analysées. Au cours de cette période le registre des décès viennois mentionnait un total de 842 centenaires. Le rapport d’autopsie ainsi que l’histoire médicale de chacun des sujets ont été examinés. Les sujets autopsiés étaient tous décédés à leur domicile, de façon soudaine entre 7 et 9 heures le matin pour la plupart d’entre eux.
Chez 18% des hommes et 38% des femmes, l’indice de masse corporelle (IMC) était au dessus des valeurs normales alors que 36% des hommes et 21% des femmes avaient un IMC en dessous de 20 et 19 kg/m2, respectivement. Soixante pour cent des sujets décédés étaient considérés par leur entourage ou leur médecin comme étant en bonne santé au moment de leur décès. Néanmoins, 58% d’entre eux avaient des antécédents d’insuffisance cardiaque, d’angor ou d’infarctus du myocarde ou s’étaient fait implanter un pacemaker cardiaque. Par ailleurs, 23% étaient hypertendus, 10% étaient diabétiques, 10% avaient une affection respiratoire et 5% des troubles gastro-intestinaux. Des troubles neurologiques de type Alzheimer, maladie de Parkinson ou accident vasculaire cérébral, étaient présents chez 43% des sujets examinés.
L’autopsie a révélé qu’une cause cardiovasculaire était à l’origine du décès dans 68% des cas, les infarctus du myocarde en étant le principal responsable. Les pathologies respiratoires représentaient 25% des cas, les perforations d’ulcère gastrique 5% et une hémorragie cérébrale seulement 2%. L’autopsie a par ailleurs révélé une fréquence élevée de sténoses coronariennes avec la présence de plaques d’athérosclérose calcifiées chez 88% des sujets décédés de cause cardiovasculaire. De plus chez 80% des personnes, une calcification des valvules aortiques était également observée et tous les sujets avaient une sclérose aortique étendue. Par ailleurs une atrophie sénile du cerveau et du foie était présente chez tous les patients décédés.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Cette étude montre ainsi que 100% des centenaires décèdent en raison de défaillances organiques bien identifiables en dépit du nombre élevé de sujets qui étaient considérés comme étant en bonne santé juste avant leur mort. Si l’on en juge par ces résultats d’autopsie, les centenaires ne meurent donc pas simplement en raison de leur grand âge.
 
Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt


Dernière édition par Arnaud56 le Ven 27 Déc 2013 - 18:37, édité 1 fois
avatar
Arnaud56
Admin

Messages : 1339
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 49
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Mon risque de mourir dans l'année est-il élevé ?

Message par Admin le Mer 25 Déc 2013 - 1:37

Il semblerait logique que le risque de mourir dans l’année s’accroisse avec l’âge. Pourtant, les choses ne sont pas si simples.
Tout d’abord, la mortalité infantile reste proportionnellement élevée et le taux de mortalité commence par décroître dans les cinq premières années de la vie !
Ensuite, le risque de mourir décolle chez les 15 – 20 ans induit par des comportements à risques.
Entre 20 et 35 ans, le taux de mortalité est quasi stable.
Entre 35 et 95 ans, l’évolution est mathématique et logique. Le taux de mortalité augmente de façon exponentielle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Entre 95 ans et 107 ans, la croissance du taux de mortalité baisse à partir de 107 ans, le taux de mortalité devient constant mais culmine à 52% !
 
Les adeptes de cette théorie de stabilisation du taux de mortalité aux très grands âges font valoir que ces survivants ont démontré leur résistance à toutes les principales causes de mortalité et que, par conséquent, ils ne meurent plus que par déficit immunitaire ou inexorable usure organique.  Certains d’entre eux indiquent qu'il serait pertinent que le terme de « supercentenaire » désigne les personnes de plus de 107 ans et non 110 comme actuellement.
Les détracteurs de cette théorie pensent que la mortalité augmente avec l’âge quel qu’il soit. Sans contester la justesse mathématique des calculs démontrant la théorie, ils argumentent que la raréfaction des effectifs à ces âges extrêmes fausse les résultats.
 
Personnellement, je fais partie des détracteurs. Et vous, qu’en pensez-vous ?


Dernière édition par Centenarian le Dim 29 Déc 2013 - 23:40, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 12/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La génération 1903 défie-t-elle les statistiques ?

Message par Arnaud56 le Lun 23 Déc 2013 - 13:14

Centenarian a écrit:A partir de 107 ans, il semble que le taux de mortalité se stabilise autour de 50%. Cette théorie est controversée.
Si l'on considère le nombre de cas français à chaque âge, on peut vérifier cette statistique mathématique de 108 à 110 ans :
- 108 ans : 43 cas connus
- 109 ans : 22 cas connus
- 110 ans : 11 cas connus
En revanche, à 107 ans, les 39 cas recensés à cette date ne semblent pas crédibles. On devrait se situer entre 80 et 90 cas. Il va donc falloir intensifier les recherches.
On arrive bientôt à la fin de l'année 2013. Jamais sans doute la recherche de nouveaux cas de grands centenaires et supercentenaires français n'avait été aussi intensive. Le moins que l'on puisse dire est que l'on établit des statistiques assez improbables par rapport à la norme décrite par Centenarian. Jugez plutôt !
- 107 ans : 38 cas
- 108 ans : 36 cas
- 109 ans : 24 cas
- 110 ans : 19 cas
- 111 ans : 2 cas
- 112 ans : 2 cas
Il semble, selon les correspondants du GRG que la génération 1903 soit tout à fait exceptionnelle. Il ne serait guère étonnant d'avoir chez ces dix-neuf dames la future doyenne d'Europe voire de l'Humanité, qui sait ? Toutefois, il faut pondérer ce jugement en considérant que plus l'âge est grand et plus la probabilité de médiatisation est élevée.
avatar
Arnaud56
Admin

Messages : 1339
Date d'inscription : 20/10/2013
Age : 49
Localisation : Vannes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Qui sont les seuls hommes français à avoir franchi le mythique pallier des 110 ans ?

Message par Admin le Mer 18 Sep 2013 - 0:30

Le tout récent décès de notre doyen des Français Emile Turlant à l'âge de 109 ans et 167 jours nous rappelle à quel point il est difficile pour un homme de devenir supercentenaire.
Cette barre des 110 ans n'a été franchie que neuf fois au cours des quarante dernières années ! Cet événement n'est plus arrivé en France depuis l'année 2008. Cela commence à faire long...
1) Maurice FLOQUET, 111 ans et 320 jours, 2006
2) Emile  FOURCADE, 111 ans et 153 jours, 1995
3) Henri PERRIGNON, 110 ans et 247 jours, 1990
4)Alexis DAIGNEAU, 110 ans et 242 jours, 2001
5) Bernard DELHOM, 110 ans et 213 jours, 1996
6) Aimé AVIGNON, 110 ans et 202 jours, 2007
7) jean TEILLET, 110 ans et 131 jours, 1977
8)Louis de CAZENAVE, 110 ans et 96 jours, 2008
   Lazare PONTICELLI, 110 ans et 96 jours, 2008


Dernière édition par Centenarian le Dim 29 Déc 2013 - 23:43, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 12/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le plafonnement du taux de mortalité à partir de 107 ans est-il vérifiable ?

Message par Admin le Mar 27 Aoû 2013 - 19:23

A partir de 107 ans, il semble que le taux de mortalité se stabilise autour de 50%. Cette théorie est controversée.
Si l'on considère le nombre de cas français à chaque âge, on peut vérifier cette statistique mathématique de 108 à 110 ans :
- 108 ans : 43 cas connus
- 109 ans : 22 cas connus
- 110 ans : 11 cas connus
En revanche, à 107 ans, les 39 cas recensés à cette date ne semblent pas crédibles. On devrait se situer entre 80 et 90 cas. Il va donc falloir intensifier les recherches.
Au-delà de 110 ans, les quelques cas français trop rares, ne permettent pas de poursuivre cette constatation actuellement. Il faut élargir l'échantillon de population pour retrouver la statistique. Considérons les cas recensés par le Gerontology Research Group :
- 111 ans : 35 cas connus
- 112 ans : 21 cas connus
- 113 ans : 8 cas connus
- 114 ans : 4 cas connus
- 115 ans : 1 cas connu
On est pas si loin de la suite logique : 32-16-8-4-2.


Dernière édition par Centenarian le Dim 29 Déc 2013 - 23:46, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 12/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Recherches sur la longévité

Message par Admin le Sam 17 Aoû 2013 - 1:23

Merci d'utiliser le cadre de réponse en bas de page.


MESSAGE FONDATEUR DU SUJET. NE PAS SUPPRIMER


Dernière édition par Arnaud56 le Lun 15 Fév 2016 - 16:15, édité 3 fois (Raison : Une chance sur deux de mourir dans l'année)
avatar
Admin
Admin

Messages : 262
Date d'inscription : 12/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum